Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2012

Vivre sa langue et sa culture kurdes au sein du pays d'accueil

Institut kurde de Paris
106 rue Lafayette
Paris 10e
Samedi 7 juillet, 16 h 00, entrée libe.

Un roman iranien contemporain

Samedi 30 juin à 14 h 45 : Un roman iranien contemporain, avec Naïri Nahapétian, romancière et journaliste arménienne de Téhéran. Fréquence Livres, M. Bernasconi.



Présentation de l'éditeur Interdit de montrer ses cheveux. Interdit de s'habiller sans respecter l'uniforme islamique. Et interdit de chanter en public. Les ayatollahs ne manquent pas d'idées quand il s'agit d'entraver la liberté des femmes. Pourtant, lorsque la grande chanteuse Roxana revient dans la ville de son enfance, après un long exil aux Etats-Unis, certains de ses airs résonnent encore dans les taxis d'Ispahan. Son projet ? Donner un concert dans lequel se produiront d'autres femmes. Un projet qui ne verra jamais le jour car Roxana sera définitivement réduite au silence. Et elle ne sera pas la seule à subir ce sort...C'est justement à ce moment-là que Narek, un jeune journaliste franco-iranien venu prendre le pouls de la révolte de 2009, rejoint la ville. Cette enquête lui permettr…

Kemani Nubar Çömlekçiyan

Soigner les victimes de torture exilées en France

L'Association Primo Levi vient de publier son "Livre blanc" sur les soins apportées aux victimes de torture réfugiées en France :

"Fruit d’un travail collectif mené par des médecins, des psychologues, des chercheurs, des responsables associatifs... le Livre blanc est le premier état des lieux sur la prise en charge et le soin des personnes victimes de torture exilées en France. Son objectif est de sortir de l’ombre ces hommes, femmes et enfants réfugiés dans notre pays et de formuler des propositions concrètes aux décideurs politiques et aux professionnels de la santé pour une prise en charge adaptée. L’importance numérique de cette population – plus de 100 000 personnes concernées1 – la spécificité de ses troubles, et donc des dispositifs à mettre en place, en font un enjeu de santé publique."
Il peut être téléchargé en pdf à cette adresse.

Pınar Selek en danger

Ouverture  par le chercheur Étienne Copeaux, d'un blog uniquement consacré à l'affaire et à la défense de la sociologue Pınar Selek. À suivre, ici :




Pınar Selek en danger

Istanbul. Une traversée d'une rive à l'autre du Bosphore

Dimanche 24 juin de 14 h 00 à 16 h 00 sur France Culture : Istanbul. Une traversée d'une rive à l'autre du Bosphore. Avec les urbanistes Rfat Akbulut et Jean-François Pérouse ; les écrivains Timour Muhidine, Nedim Gürsel ; Kerem Ayan, réalisateur, directeur-adjoint du festival IKSV Film ; Ara Güler, photographe, "L'Œil d'Istanbul"; Nora Seni, historienne et urbaniste ; Bertrand Ivanoff, artiste plastique ; les réalisateurs Seren Yüce et Imre Azem ; Erik Truffaz, musicien de jazz ; Okan Urun, traducteur ; Nilufer et Minas (club MiniMüzikhol).  Grand Entretien :  Serra Yilmaz, comédienne. Villes-mondes, V. Cavaroc.

Le sourd-muet, le citron et le procureur (suite et triste fin)

On avait requis 25 ans contre lui. La 8ème chambre de la haute Cour pénale d'Adana vient de condamner un sourd-muet père de 6 enfants pour propagande terroriste,  en tenant pour preuve le fait d'avoir tenu un demi-citron en main alors qu'une manifestation se déroulait dans la ville.
L'avocat a bien essayé de démontrer que Mehmet Tahir Ilhan, qui, en plus d'être sourd-muet, est illettré, ne pouvait, de ce fait, qu'avoir des moyens de communication extrêmement limités pour répandre dans tout Adana une propagande en faveur du PKK, si l'on suppose que la plupart des habitants d'Adana ne maîtrise guère la langue, des signes. À moins d'avoir recours à la télépathie, allez savoir…
Mais l'argument "de l'incapacité physique de commettre le crime dont on l'accuse" n'a guère touché le tribunal, qui s'est contenté de ramener la peine à 8 ans et 4 mois. Si le citron avait été entier, on se demande combien il aurait pris…


Voyage d'un géographe sur les routes du Kurdistan de Turquie

Samedi 30 juin à 16 h, rencontre-débat à l'Institut kurde de Paris, avec Alexandre Mouthon, documentariste :


Voyage d'un géographe sur les routes du Kurdistan de Turquie

suivie d’une projection.


Au printemps 2011, en pleines élections législatives turques,  un géographe se rend à bicyclette dans le sud est anatolien…

Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, Paris 10e. Entrée libre.

Les chats persans

Vendredi 22 juin à 23 h 15 sur Orange Cinemax : Les chats persans, de Bahman Ghobadi, 2009.


"À leur sortie de prison, une jeune femme et un jeune homme musiciens décident de monter un groupe. Ils parcourent Téhéran à la rencontre d'autres musiciens underground et tentent de les convaincre de quitter l'Iran. N'ayant aucune chance de se produire à Téhéran, ils rêvent de sortir de la clandestinité et de jouer en Europe. Mais que faire sans argent et sans passeport ..."

Les Croisades et l'art de la guerre

Vendredi 22 juin à 15 h 00 : Les Croisades et l'art de la guerre. Avec Abbès Zouache pour  Armées et combats en Syrie (491/1098-569/1174). Analyse comparée des chroniques  médiévales latines et arabes (IFPO, Damas, 2008). Cultures d'Islam, A. Meddeb.






"Dès leur arrivée en Syrie, les Francs firent preuve d’une adaptabilité multiforme. Ils intégrèrent des éléments locaux dans leurs armées, palliant ainsi leurs difficultés démographiques, même s’il faut revenir sur l’idée d’une supériorité musulmane systématique. Les armées musulmanes souffrirent longtemps d’un déficit de commandement et ne devinrent cohésives, disciplinées et correctement équipées qu’à partir de Zanki. La guerre, très présente, s’était alors déjà réglée, au moins en partie. Les coups de main rapides et la guerre de siège constituaient la majorité des affrontements. Les Francs comblèrent leur retard en matière de poliorcétique. Sur les champs de bataille, servis par un équipement lourd de qualité, leurs cava…

Dengbêj Naîf Keşanî

Études kurdes nºXI : La Littérature kurde

Dans ce numéro sont retracés les origines, les développements et les aléas historiques des écritures kurdes savantes, poétiques, romanesques et journalistiques. Dès le XVIe siècle, et sans interruption depuis, il y eut toujours des auteurs au Kurdistan pour faire vivre une littérature qui répondait aux besoins de leurs lecteurs et exprimait les espoirs comme les tristesses du peuple kurde.  Cette littérature, fragmentée en plusieurs dialectes, plusieurs écritures, très souvent interdite à partir du XXe siècle, frappe par sa constante vitalité, et la volonté jamais défaillante des Kurdes d'élaborer leur propre corpus écrit et de faire vivre leur langue, dans leur pays ou en exil.
Table des matières :

Introduction :


– La littérature kurde, Joyce Blau.

La littérature kurde est plus abondante qu'on ne le croit généralement. Le kurde est la langue véhiculaire de vingt-cinq à trente millions d'hommes et de femmes qui vivent, dans leur majorité, sur un territoire en forme de croissa…

Fête des Étudiants & de la Musique à Erbil

Le Sourd-muet, le Citron et le Procureur

On savait que les pastèques kurdes servaient de signe de ralliement anti-kémaliste aux forces séparatistes et malveillantes
On savait que le vert des poires, le jaune des bananes et le rouge des pommes étaient un appel à la désintégration de la Patrie.
On savait que sous la coiffe des centenaires kurdes peuvent se dissimuler des plans machiavéliques de propagande nuisible à toute la turcité.
Maintenant, c'est dans les citrons ET les sourds-muets que réside l'arme biologique de choc destinée à mettre en déroute les forces de l'ordre et la République.
Heureusement que les procureurs turcs, vaillante avant-garde de la nation indivisible, veillent au grain. L'un d'eux a ainsi réussi à mettre la main au collet du sieur Mehmet Tahir Irfan, porteur au bazar de Mersin qui, bien qu'il ait fait exprès de naître sourd-muet pour ne pas avoir à cracher le morceau aux forces de l'ordre, n'a pu dissimuler qu'il se trouvait en possession, non pas d'une grenade,…

Carnets de Homs

Présentation de l'éditeur
« Ceci est un document, pas un écrit. Il s agit de la transcription, la plus fidèle possible, de deux carnets de notes que j'ai tenus lors d'un voyage clandestin en Syrie, en janvier de cette année. Ces carnets devaient au départ servir de base pour les articles que j ai rédigés en rentrant. Mais peu à peu, entre les longues périodes d attente ou de désœuvrement, les plages de temps ménagées, lors des conversations, par la traduction, et une certaine fébrilité qui tend à vouloir transformer dans l'instant le vécu en texte, ils ont pris de l'ampleur. C'est ce qui rend possible leur publication. Ce qui la justifie est tout autre : le fait qu ils rendent compte d'un moment bref et déjà disparu, quasiment sans témoins extérieurs, les derniers jours du soulèvement d'une partie de la ville de Homs contre le régime de Bachar al-Assad, juste avant qu il ne soit écrasé dans un bain de sang qui, au moment où j écris ces lignes, dure encor…

Fête de la Musique : Ronahî à Paris

Omar Bashir : Taqâsim

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Un Kurde nommé à la tête du Conseil national syrien

Succédant à Burhan Ghalioun c’est un Kurde qui a pris, au début de juin, la présidence du Conseil national syrien, considéré par les pays occidentaux et arabes comme la représentation légitime de l’opposition syrienne au régime du Baath. Abdel Basset Sayda n’est pourtant pas connu comme un politicien chevronné mais est réputé pour son intégrité. C’était, par ailleurs, le seul candidat à la succession de Burhan Ghalioun.
La démission de ce dernier est due à des querelles internes entre les différentes composantes de cette plate-forme hétéroclite, allant des Arabes laïcs aux Frères musulmans, en passant par des représentants de partis kurdes. Burhan Ghalioun était critiqué par les opposants et combattants de terrain, qui lui reprochaient de les laisser de côté dans les prises de décision, ainsi que d’accorder trop d’importance aux Frères musulmans. Les Kurdes ne pouvant être soupçonnés de collusion avec ces derniers, le choix d’Abdel Basset Sayda a peut-être rassuré les pro-laïcs et les …

Le monde D'Albert Kahn

Samedi 9 juin à 20 h 35 sur la chaîne Histoire : Moyen-Orient, la naissance des nations - Le monde d'Albert Khan, 7/9. Documentaire de David Okuefuna :


Plus de 72.000 photographies couleur et quelques 180.000 mètres de film, des centaines de lettres, carnets de notes et témoignages décrivant des voyages extraordinaires à travers des pays exotiques aux quatre coins du globe. Ce trésor inestimable gardé par le Musée Albert Kahn à Paris est tout simplement la plus importante collection au monde des premières photos du monde en couleur.
En 1909, le financier Albert Kahn recrute des opérateurs pour parcourir la terre entière pour filmer et photographier " des aspects, des pratiques et des modes de l'activité humaine dont la disparition fatale n'est qu'une question de temps ". Ces photographes furent les témoins privilégiés des moments les plus marquants de l'époque et leurs images nous permettent de partager la vie de tous les jours des gens ordinaires dans l…

Toutes sortes de dictionnaires kurdes

Sur l'Appstore ou Itunes, plein de dico à emmener partout avec soi.

Mort de Mohammad Mehdi Zalyeh

Plusieurs organisations pour les droits de l'homme et la démocratie en Iran ont annoncé la mort, le 4 juin dernier, de Mohammad Mehdi Zalyeh, un militant kurde emprisonné depuis 18 ans, dans les prisons d'Ourmiah et de Karaj Gohardasht. Très malade des poumons, il n'avait pas accès aux soins médicaux que son état de santé requérait depuis des années et il n'a été transporté qu'à l'ultime fin à l'hôpital de la prison de Karaj Rajai.
En février 2011, des prisonniers de Karaj Gohardasht s'étaient mis en grève de la fin pour protester contre  les cellules d'isolement, et Mohammad Zalyeh avait alors été transféré de sa cellule d'isolation pour un quartier de haute sécurité.



Pique-nique

Une Seconde Femme

Sortie aujourd'hui du film d'Umut Dağ, Une Seconde Femme, avec Nihal Koldas, Begüm Akkaya, Vedat Erincin.

Synopsis : Fatma vit à Vienne avec son mari, Mustafa, et leurs six enfants. Depuis toutes ces années, elle essaie de préserver les traditions et le prestige social de leur famille d’immigrés turcs. Ayşe, une jeune fille de 19 ans est choisie dans un village en Turquie pour officiellement épouser leur fils et se joindre à la famille. La réalité est toute autre ; en secret, parce que Fatma l’a décidé, Ayşe est promise au père, en tant que seconde épouse. Dès lors, une relation de confiance et de complicité va se développer entre les deux femmes. Mais cet événement va mettre en péril l’équilibre de toute la famille, qui devra faire face au regard de la communauté et à de nouvelles difficultés...
"Je veux être avec les acteurs, avec les émotions de leurs visages et de leurs yeux. Je veux être dans leur cœur, dans leur souffle, dans leur regard. Je veux voir ce qu’ils voie…

Mort de Mohammad Mehdi Zalyeh

Plusieurs organisations pour les droits de l'homme et la démocratie en Iran ont annoncé la mort, le 4 juin dernier, de Mohammad Mehdi Zalyeh, un militant kurde emprisonné depuis 18 ans, dans les prisons d'Ourmiah et de Karaj Gohardasht. Très malade des poumons, il n'avait pas accès aux soins médicaux que son état de santé requérait depuis des années et il n'a été transporté qu'à l'ultime fin à l'hôpital de la prison de Karaj Rajai. En février 2011, des prisonniers de Karaj Gohardasht s'étaient mis en grève de la fin pour protester contre les cellules d'isolement, et Mohammad Zalyeh avait alors été transféré de sa cellule d'isolation pour un quartier de haute sécurité.
Par ailleurs, la grève de la faim d’un autre prisonnier kurde, condamné en 2007 à 10 ans de prison pour « propagande contre la république islamique », Mohammad Sadiq Kabouvand, se poursuit depuis le 16 mai dernier. Plus de 350 militants politiques, syndicalistes et journalistes iran…