Articles

Affichage des articles du mai, 2014

Shahram Nazeri : "Je suis un enfant kurde, je ne sais pas le persan" et "Kurdistan, si tu n'es pas…"

Je suis un enfant kurde, je ne sais pas le persan, 
je suis de Kermanshan et je ne sais pas le persan.


C'est pour avoir interprété cette chanson,lors d'un concert à Kermanshan (Kurdistan d'Iran), sa ville natale, que Shahram Nazeri fait  maintenant face à de rudes attaques de la part de media iraniens,  dans la veine islamo-nationaliste, et passe pour un  'séparatiste'. Raja News a ainsi dénoncé le caractère 'ethnique anti-persan' et 'honteux' de sa prestation.

Auparavant, cette chanson a été chantée avant lui par un autre chanteur kurde, de Sine, celui-ci, Naser Razazi, mais celui-ci l'a fait de Suède et maintenant du Kurdistan d'Irak, et cela n'a pas alarmé autant la presse des Pasdaran.






Cette fois, il s'agit d'un chanteur dont la célébrité dans tout l'Iran et l'envergure internationale vont bien au-delà du seul public kurde. De plus, comme si cela ne lui suffisait pas, décidément en verve patriotique sur le mode Ala ren…

Jordi Tejel Gorgas : La question kurde : passé et présent

Image
La question kurde émerge au début du XXe siècle comme une question "minoritaire" liée à l'apparition des Etats-nations modernes au Moyen-Orient. De par sa nature transfrontalière, elle ne peut pas être comprise dans sa complexité si l'on néglige les connexions intra-kurdes et la gestion régionale du conflit kurde par les Etats concernés. Cet ouvrage repose sur une grille de lecture à plusieurs niveaux, proposant des interprétations fines et parfois paradoxales.


Abrégé du Livre des Pays, d'al-Hamadhani, trad. Charles Pellat

Image
Lecture complète en ligne sur le site de l'IFPO.

Éloge de l’éloignement du pays natal : pp 57-70
Il y a aussi l’affaire de Ğa’far le Kurde qui rendit périlleuses les routes : le calife le vainquit et le tua. 
La Ğazīra : pp 155-162La cité de Mossoul fut bâtie par Muḥammad b. Marwān ; quant au Rāwand de Mossoul, il fut bâti par Rāwand b. Biyūrāsf. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb nomma gouverneur de Mossoul ‘Utba b. Farqad as-Sulamī, l’an 20 ; les gens de la citadelle l’ayant combattu, il prit de vive force la citadelle orientale et passa le Tigre ; alors les gens de l’autre citadelle firent leur soumission moyennant capitation ou autorisation d’émigrer pour celui qui le voudrait. Ensuite, il conquit al-Marğ et sa banlieue, le territoire de Bānuhadrā, Dāsin et toutes les forteresses des Kurdes. Pays orientaux : pp 235-389
Les zumms47 des Kurdes dans le Fārs. — Au dire de l’auteur du Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, ‘Abd Allāh48 b. Muḥammad b. Ḫurradāḏbih, les Kurdes occupent, dans le Fārs, quatre zumm…

Abbas Kamandi, 1952 - 2014, Sine.

Religious Minorities in Kurdistan : Beyond the Mainstream

Image
Religious Minorities in Kurdistan, edited by Khana Omarkhali

Beyond the Mainstream, edited by Khanna Omarkhali, represents an account of the various religious milieus flourishing beyond the Islamic mainstream in all parts of Kurdistan. The miscellany describes how the religious minority groups operate within the Kurdish regions, which themselves have been subject to numerous conflicts and social as well as political transformations at the turn of the 21st century. This volume emphasizes recent developments affecting these communities, in particular their social and religious lives. Six chapters are dedicated to the Ahl-e Haqq (Yarisan/ Kaka’is), Yezidis, Alevis, the Haqqa and Khaksar Sufi traditions, the Shabaks, as well as to the Jewish and Christian communities in Kurdistan. The anthology includes three indices and a glossary of religious terms appearing in the volume.

Kurdish Studies vol. 2, nº 1 (2014)

Image
Vol 2, No 1 (2014)Kurdish Studies, Volume 2, Issue 1, May 2014


Kurdish Studies journal is an interdisciplinary and peer-reviewed journal dedicated to publishing high quality research and scholarship. Kurdish Studies journal is initiated by the members of the Kurdish Studies Network (KSN) and supported by a large group of academics from different disciplines. The journal aligns itself with KSN's mission to revitalize and reorient research, scholarship and debates in the field of Kurdish Studies in a multidisciplinary fashion covering a wide range of topics including, but not limited to, economics, history, society, gender, minorities, politics, health, law, environment, language, media, culture, arts, and education.
Open access to the articles in this issue are sponsored by Ahmed Foundation for Kurdish Studies (USA).


Nuit de la littérature avec Fawaz Hussein et La Prophétie d'Abouna

Image
La Nuit de la littérature organisée par le Forum des Instituts Culturels Etrangers à Paris (FICEP) et à l'initiative du Centre tchèque de Paris aura lieu cette année dans le Marais, le samedi 24 mai 2014 de 17h à minuit.
 L’écrivain Fawaz Hussain lira des extraits de son dernier roman « La prophétie d’Abouna » dans les magnifiques locaux des Archives de France, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris. Manifestation de 17h à minuit.


Abouna («Notre père» en arabe) est le nom par lequel les prêtres chrétiens sont désignés en Orient. Il s'agit ici du directeur de l'école dans laquelle Mohamed, le jeune Kurde syrien, est éduqué et apprend le français. Prenant l'enfant sous son aile, Abouna l'incite à persévérer et forge ainsi la prophétie qui le guidera toute sa vie.
Septembre 1978. Mohamed débarque à Roissy, la tête remplie des romans de Balzac et d'un immense espoir : conquérir la capitale et ses lettres. Ainsi commence la saga tragi-comique de celui qui, désormai…

Soirée kurde avec Issa et Zîrek

Image
Vendredi 23 mai à 19 h, sur la péniche Anako, projection du film Paris d'Exil et concert de Issa. Participation libre.


Bassin de la Villette face au 61, quai de la Seine 75019 PARIS Métro Riquet, Stalingrad ou Jaurès

Sîmav : Eau argentée - Syrie, autoportrait, festival de Cannes 2014

Image
Sélection officielle, Séance Spéciale au festival de Cannes 2014.

EAU ARGENTÉE, SYRIE AUTOPORTRAIT



Réalisé par Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan.




SYNOPSISEn Syrie, les Youtubeurs filment et meurent tous les jours. Tandis que d’autres tuent et filment.A Paris, je ne peux que filmer le ciel et monter ces images youtube, guidé par cet amour indéfectible de la Syrie. De cette tension entre ma distance, mon pays et la révolution est née une rencontre. Une jeune cinéaste Kurde de Homs m’a « Tchaté » : « Si ta caméra était ici à Homs que filmerais-tu ? » Le film est l’histoire de ce partage.Production : Les films d'Ici
Fiche technique :

Auteur : Ossama Mohammed & Wiam Simav Bedirxan
Image : Wiam Simav Bedirxan, thousand Syrians & Ossama Mohammed
Son : Raphael Girardot
Direction de production : Camille Laemlé & Martin Berthier
Montage : Maïsoun Assad
Musique Originale : Noma Omran
Mixage : Jean-Marc Schick
Producteur exécutif : Les Films d'Ici (Serge Lalou & Camille Laemlé)…

"Mise au pas", "vol d'Icare" et "montagne d'impunité" : trois ONG et deux Kurdistan

Image
En ce printemps 2014 les rapports fleurissent sur le(s) Kurdistan(s) : deux pour le Rojava, un pour le Başûr :
D'abord, l’ONG Reporters sans Frontière publie un rapport en ligne sur leur site, intitulé : « Le Rojava ou comment le PYD entend contrôler les médias et mettre au pas les acteurs de l'information » où l’ONG se dit «  particulièrement inquiète de la nette dégradation de la situation de la liberté de l’information dans les territoires contrôlés par le Parti de l’Union démocratique (PYD). L’organisation est consciente des problèmes de sécurité dans cette région alors que le conflit s’enlise en Syrie et que les mouvements djihadistes menacent les populations civiles. Toutefois, en tant qu’autorité en charge de contrôler cette partie du territoire syrien, il est de la responsabilité du PYD d’y faire respecter les libertés fondamentales, parmi lesquelles la liberté d’information. » Reporters sans Frontière estime notamment que l’ « Union des média libres » qui veut contrôler …

Les élections provinciales au Kurdistan d'Irak

Image
En même temps que les élections législatives se déroulaient au Kurdistan comme dans tout l’Irak, les trois provinces kurdes élisaient leurs conseils provinciaux. 
En 2013, ces élections provinciales avaient eu lieu dans la plupart des gouvernorats irakiens, sauf la Région kurde, et les provinces de Kirkouk, Ninive et d’Anbar. Ces deux dernières provinces ont voté le 20 juin 2013. Quant à Kirkuk, l’article 23 de la loi électorale remettait la tenue, la date et le déroulé des élections entre les mains d’un « comité multi-ethnique » sous la règle d'un consensus général. Mais en août 2013, la cour fédérale de l’Irak a annulé cet article, arguant de l’inefficacité de ces dispositions (les élections ont été plusieurs fois reportées). À la place, la commission juridique du Conseil des représentants a rédigé une nouvelle loi électorale, se passant de l’assentiment de toutes les composantes ethniques, religieuses et politiques de la province pour la faire approuver. Cette décision de la cou…

Hoshyar Zebari sera-t-il le prochain président irakien ?

Image
Alors que la campagne électorale pour les législatives et les provinciales irakiennes battait son plein, la question du budget coupé par Nouri Maliki, le Premier ministre irakien, à la Région du Kurdistan n’a toujours pas été résolue. Dans une interview donnée au journal arabe Al-Hayat, Massoud Barzani estimait que l’Irak était en train de se décomposer et qu’il fallait faire avec cette réalité politique : « une instabilité majeure », un « terrorisme rampant dans les régions occidentales du pays » (à majorité sunnite et dans lesquelles EIIL tente de s’implanter durablement) où « des villes échappent au contrôle du gouvernement et où des terroristes se livrent à leur action sous une forme publique ».
Selon lui, le cœur du conflit entre Bagdad et Erbil tient à la différence d’interprétation de la constitution irakienne : « M. Maliki pense qu’il est le seul décisionnaire et que les autres doivent obéir. Il n’adhère pas à la constitution telle que la définit la Région du Kurdistan […] il c…

Musique de l'époque qajare, ensemble Delgosha

Image
Vient de sortir, INEDIT, 2014, Maison des cultures du monde : Musique de l'époque qajare

Par l'ensemble Delgosha :

Siamak Jahangiry, flûte ney, direction
Pantea Alvandipour, chant
Elmira Mardaneh, viole kamancheh
Hamid Khansari, luth à manche court ud
Ariya Piratâi, luth à manche long târ
Vahid Fataei, tambour calice tombak
La Perse fut un creuset majeur du maqâm, cet univers musical savant dont l’influence s’est étendue le long des Routes de la Soie jusqu’aux confins de la Chine et de l’Inde. Mais c’est au milieu du XIXe siècle, sous le règne des Qajars, que l’art musical persan connaît son apogée. Le radif, c’est-à-dire le répertoire savant, est entièrement repensé et réorganisé, sans rompre cependant avec la tradition. Il s’enrichit de formes nouvelles comme le prélude pishdaramad ou l’intermède chaharmezrab et le chant prend une importance qu’il n’avait pas auparavant, concourant à un regain de la poésie. Jusqu’alors, les musiciennes étaient cantonnées à l’espace féminin. Elles c…