Articles

Affichage des articles du octobre, 2011

"C'est mieux que ce qu'on attendait et c'est aussi, d'une autre manière, exactement ce qu'on attendait"

Image
Nicolas Bouvier a peut-être trouvé là une bonne règle pour détecter le mal, ou une bonne boussole : l'ennui, la répétition. Admettons qu'il y ait bonheur dans le crime, ce ne sera pas long, car il n'y aura jamais rien de neuf :
L'invention dans le bien dispose d'un éventail beaucoup plus large que l'invention dans le mal – voir l'insupportable monotonie de Sade (son côté prévisible), l'Histoire d'O qui ne parvient pas à rebondir, le côté scolaire et pion des grands malfaiteurs, sacrilèges, Gilles de Rais, etc., gens si laborieux dans leurs vilenies. Lorsqu'on a violé une femme – nonne ou vestale de préférence – de toutes les façons possibles, ou célébré par dérision une messe sur l'étal d'un boucher devant des abatis de porc, que peut-on bien faire de plus ? On peut toujours encore brûler un feu rouge.
Et d'opposer à Sade ou Gilles de Rais les 'Attar ou Rûmî ("qui était turc" autant que moi, mais peu importe). Ainsi, p…

TURQUIE : TREMBLEMENT DE TERRE MEURTRIER À VAN

Le climat de tension politique et de violence guerrière n’a fait qu’empirer au Kurdistan de Turquie alors qu’Ankara menace de faire d’intervenir ses troupes terrestres au Kurdistan d’Irak. Le parti pro-kurde du BDP a ainsi fait état, début octobre, d’un bilan politique judiciaire éloquent : 10 maires en exercice, 2 anciens maires, 2 présidents et 4 vice-présidents de conseils généraux provinciaux et 29 membres de conseils municipaux sont actuellement derrière les barreaux. Toujours d’après le BDP, entre le 14 avril 2009 et le 6 octobre 2011, 7748 cadres et membres du parti ont été en garde à vue, dont 1548 au cours des six derniers mois.
Sur le terrain militaire, loin d’avoir apaisé la situation, les récents bombardements turcs sur les bases du PKK n’ont pas diminué les attaques. Le 19 octobre, 24 soldats étaient tués et plusieurs autres blessés dans plusieurs assauts simultanés du PKK contre des postes militaires situés à la frontière, dans la province de Hakkari. Il s’agit du deuxi…

Irak : Les enfants sacrifiés de Falloujah

Lundi 31 octobre à 22 h sur Canal+ : Irak, les enfants sacrifiés de Falloujah. Documentaire de Feurat Alani, Fr., 2011. Spécial Investigation, Stéphane Haumant.


En 2004, Falloujah, en Irak, a été le théâtre d’une bataille tristement célèbre entre insurgés irakiens et soldats Américains. Mais quand bien même les derniers bruits de cette lutte acharnée se sont éteints depuis longtemps, les séquelles n’apparaissent que maintenant. Et elles sont toxiques : les bébés naissent avec des malformations, les enfants sont victimes de leucémies, le taux de cancer a décuplé́. La situation rappelle celle d’Hiroshima après la bombe atomique. Pendant ce temps, aux USA, les marines qui ont participé aux combats développent d’étranges maladies. Que s’est-il réellement passé à Falloujah ? Quelles armes ont été utilisées ? Phosphore blanc ? Uranium appauvri ? Les prochaines générations d’Irakiens ont-elles été́ sacrifiées ?

KURDISTAN D’IRAK: UNE QUERELLE DES DRAPEAUX ENFLAMME KHANAQIN

Un arrêté gouvernemental irakien interdisant la présence du drapeau kurde sur les bâtiments officiels de la ville de Khanaqin enflamme les esprits et envenime les conflits autour du devenir de ces régions disputés entre le gouvernement central et la Région du Kurdistan. Le 16 octobre, environ 700 manifestants kurdes ont défilé du centre ville jusqu’au siège des autorités irakiennes, brandissant des drapeaux kurdes et criant « Vive le Kurdistan ! », « Khanaqin est kurde ! ». Quant à la municipalité de la ville, elle a tout bonnement refusé d’appliquer l’arrêt signé par le Premier ministre Nouri Maliki, dont elle a eu connaissance le 11 octobre, bannissant tout drapeau kurde sur les bâtiments officiels, alors que jusqu’ici, les deux drapeaux, celui du Kurdistan et celui de l’Irak, se côtoyaient.
Khanaqin a reçu le soutien immédiat du Gouvernement régional kurde. Le 15 septembre, le président du parlement du Kurdistan, Kamal Kirkouki, a ainsi déclaré « inacceptable de violer le caractèr…

IRAN : UN MILITANT KURDE EXÉCUTÉ, 18 AUTRES DANS LES COULOIRS DE LA MORT

Le 4 octobre, un prisonnier kurde, Aziz Khakzad, a été secrètement exécuté dans la prison de Kerman. Sa première condamnation avait pourtant été réduite à 5 ans d’emprisonnement et ni son avocat, ni sa famille n’ont été informés de sa pendaison. Aziz Khakzad était âgé de 29 ans. Arrêté en 2007, il avait été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Khoy, pour « assistance à un parti kurde » et en tant « qu’ennemi de Dieu », un « crime » qui, s’il est reconnu par la cour, est automatiquement passible de la peine capitale. Mais jugé en appel, il avait été finalement condamné à 5 ans de prison et envoyé de Selmas à la prison de Kerman, où son exécution a donc eu lieu en toute illégalité.
Le 22 octobre, Amnesty International a lancé, de son siège de Londres, un appel en faveur de deux autres Kurdes d’Iran, Loghman Moradi et Zaniar Moradi, dont la condamnation à mort, conformée par la Cour suprême, avait été prononcée le 22 décembre 2010 par la 15ème chambre du tribunal révolutio…

Les Apôtres Thaddée et Barthélémy. Aux origines du christianisme arménien

Image
Dimanche 30 octobre à 8 h 00 sur France Culture : Valentina Calzolari pour Les Apôtres Thaddée et Barthélémy. Aux origines du christianisme arménien (éd. Brépols). Foi et tradition, Sébastien. de Courtois.

Les Apôtres Thaddée et Barthélemy : Aux origines du christianisme arménien

Présentation de l'éditeur : Au début du IV siècle (en 301 selon la date traditionnelle, en 314 selon la plupart des historiens modernes), bien avant la conversion officielle de l'Empire romain à l'époque de Théodose (380), le royaume arménien de Tiridate III adopta le christianisme comme unique religion d'Etat. C'est dans ce contexte politique et religieux qu'a vu le jour texte des Martyres de Thaddée et Barthélemy. Il serait en effet inutile de chercher dans la tradition canonique les témoignages relatifs à une prédication apostolique en Arménie. Le Nouveau Testament ne contient aucune allusion aux arméniens, ni mentionne l'Arménie parmi les étapes des voyages missionnaire des apôt…

Expédition Kachgar : L'or bleu à l'heure bio

Image
Samedi 29 octobre à 22 h 05 : Expédition Kachgar, sur les traces de l'or bleu : L'or bleu à l'heure bio. Geoffroy et Loïc de La Tullaye. (Fr, 26 mn).



Le difficile partage de l'eau :  "Toujours en Turquie, nos deux frères continuent leur "coton-side story" au fil de l’eau virtuelle. Dans une usine à côté d’Adana des responsables du marketing leur présentent leur ligne de production de coton bio. Si la fibre bio préserve l’environnement en étant cultivée sans produits phytosanitaires, ramenée au kilo produit, elle nécessite plus d’eau pour sa croissance… Est-il raisonnable de penser pouvoir produire sans empreinte sur l’environnement ? Et au lieu de chercher à améliorer uniquement les modes de production, n’est-ce pas aussi à notre mode de consommation qu’il faut davantage réfléchir ? Un peu plus loin dans la région de Konya, ils se lient d’amitié avec des paysans. Souvent montré du doigt, l’agriculteur doit faire face tant bien que mal à des enjeux c…

Questions de mémoires, questions de frontière

Image
Samedi 29 octobre à 13 h 30 sur LCM : Les Mardi du MUCEM, Questions de mémoires, questions de frontières : Arménie et Turquie.
La saison 2 des Mardi du MUCEM, Comprendre les civilisations entre Méditerranée et Europe, porte sur le thème "Questions de mémoires, questions de frontières", avec trois débats autour de trois conflits historiques : Arménie et Turquie, Israël et Palestine, France et Algérie. 
Le 11 octobre, Michel Marian, maître de conférences à Science Po-Paris, membre du comité de rédaction de la revue Esprit et auteur, avec Ahmet Insel, de « Dialogue sur le tabou Arménien » ( Liana Levi, 2009), débattait avec Cengiz Aktar, directeur du centre pour l'Union Européenne à l'Université Bahcesehir d'Istanbul, membre de la Fondation Hrantet et auteur de « L'appel au pardon » (CNRS éditions) paru en 2010. 


Présentation de l'éditeur  Le dialogue entre Arméniens et turcs serait-il devenu possible ? Ces ennemis d'un siècle pourraient-ils enfin aborder…

Il était une fois en Anatolie

Image
Samedi 29 octobre à 10 h 05 sur France Culture : Nuri Bilge Ceylan pour Il était une fois en Anatolie. On aura tout vu, L. Delmas et C. Masson.

Poètes en résonances : Şeymus Dagtekin

Image
Vendredi 28 octobre à 20h, lecture de Şeymus Dagtekin avec la Compagnie Résonances.

"Seyhmus Dagtekin, poète et romancier, né et élevé dans un village kurde en Turquie, vit à Paris depuis 1987. Il écrit en turc, en kurde ou directement en français. Un itinéraire d’artiste toujours méfiant à l’égard des destins figés, des identités assignées. Seyhmus Dagtekin a reçu le Prix de l’Académie française Théophile Gautier pour Juste un pont, sans feu. Seyhmus Dagtekin est également lauréat du Prix Mallarmé 2007 pour Juste un pont, sans feu (Le Castor Astral, 2007), du Prix international de poésie francophone Yvan Goll pour Les chemins du nocturne (Le Castor Astral, 2000) et son roman A la source, la nuit (Robert Laffont, 2004) a reçu la mention spéciale du Prix des Cinq Continents de la Francophonie. Ses textes ont été publiés dans de nombreux revues et anthologies."Poètes en résonances en association avec la Compagnie Résonances : tous les derniers vendredis du mois, 8 rue Cami…

Le Prince, l'artiste et l'alchimiste

Image
Vendredi 28 octobre à 15 H 00 sur France Culture : Le Prince, l'artiste et l'alchimiste. La variété des céramiques iraniennes, les procédés de fabrication, les sources, les usages, les fonctions des objets… Avec Yves Porter, professeur d'histoire de l'art islamique, auteur de Le Prince, l'artiste et l'alchimiste. La céramique dans le monde iranien, Xe-XVIIe siècle, Hermann. Cultures d'islam, A. Meddeb.


Présentation de l'éditeur  La production de céramique émaillée est sans conteste l’une des manifestations artistiques les plus visibles du monde iranien. Il suffit, en effet, de lever les yeux sur les monuments d’Isfahan ou de Samarkand pour découvrir des coupoles recouvertes de carreaux turquoise, des panneaux polychromes où surgissent, sur fond d’azur, des fleurs de paradis ou des étoiles tombées d’un ciel inconnu. Pour qui pousse la curiosité plus avant, les vitrines des musées de Sèvres, du Louvre ou du Victoria & Albert Museum de Londres présente…

Welcome

Image
Jeudi 27 octobre à 20 h 40 sur France 3 : Welcome, de Philippe Lioret, 2008
Pour impressionner et reconquérir sa femme, Simon, maître nageur à la piscine de Calais, prend le risque d'aider en secret un jeune réfugié kurde qui veut traverser la Manche à la nage.






Dengbêj Cemal Nenyasî

Image
Cemal Tanriverdî ou le dengbêj Cemal de Nenyas est né, comme son nom l'indique, au village de Nenyas, (près de Lice, au Kurdistan de Turquie), en 1954, où il a vécu jusqu'à l'âge de 21 ans en exerçant divers métiers, agriculteur, vendeur de bois, cultivateur de tabac, bouvier, berger… En 1975, il partit pour Diyarbekir et s'établit comme boutiquier.
Il a appris le chant de son père et de son grand-père, tous deux dengbêj. 
(Source : Antolojiya dengbêjan, 2007, édité par la mairie de Diyarbekir).

Mysticisme et littérature persane

Image
Jeudi 27 octobre à 22 h 00 sur Radio Notre-Dame : Mysticisme et littérature persane. Avec Leïli Anvar, universitaire franco-iranienne et Karol Beffa, compositeur et pianiste. Écoute dans la nuit.



Présentation de l'éditeur La vie de Mohammad Djalàl al-dîn Rûmî, tournée vers la quête de la vérité et de l'union mystique, est une invitation à changer de regard pour voir au-delà des apparences et des formes, à transformer la matière du soi pour n'être " rien " afin de devenir " tout ", dans un mouvement de retour vers le Créateur. Il choisit la poésie pour partager son expérience : elle permet de transcender les mots et de dire l'indicible. Elle fut sa matière pour narrer la beauté de la théophanie et l'amour du divin. Près de 70 000 distiques sont le fruit de sa quête et de sa relation avec celui qui fut son maître, son initiateur et son bien-aimé spirituel : Shams de Tabriz. Poète de l'amour mystique par excellence, huit siècles plus tard, Rûmî…

Reza Serkanian

Image
Jeudi 27 octobre à 12 h 10 sur RFI : Reza Serkanian, réalisateur iranien installé en France. En sol majeur.




'Le seul moyen pour l'Irak de redevenir un État centralisé est que le Kurdistan proclame son indépendance'

Image
Personnage parfois controversé, qualifié de 'caméléon', Hassan Alawi est aujourd'hui un intellectuel, un écrivain et un député du Parlement irakien de la liste Iraqiyya, la deuxième force politique du pays après celle de Nouri Al-Maliki, une coalition de sunnites et de chiites 'laïcs', mais plutôt considérés comme pro-arabes et donc peu enclins à soutenir les vélléïtés indépendantistes des Kurdes, comme en témoignent les relations très peu cordiales des élus de l'Alliance kurde et de ceux d'Al-Iraqiyya dans les régions mixtes de Ninive et  Mossoul. Le nº 2 de cette liste n'hésite cependant pas, dans ses vœux d'avenir, à céder Kirkouk aux Kurdes et à souhaiter même une indépendance kurde, pour le bien d'un État irakien qui pourrait alors redevenir centralisé. 
Si les sympathies pour les Kurdes ne sont pas rares parmi les communistes irakiens, ou certains chiites, c'est un peu plus savoureux de lire des appels à l'indépendance émanant d…

Expédition Kachga : Sur les traces de l'or bleu

Image
Samedi 22 octobre à 22 h 00 sur France 5 : Expédition Kachgar sur les traces de l'or bleu - De l'or noir pour une poignée d'or bleu. Geoffroy et Loïc de La Tullaye. (Fr, 26 mn).






Stock d'or noir / Flux d'or bleu  Les multiples usages de l’eau ne se limitent pas à sa simple utilisation domestique. Geoffroy et Loïc en font très rapidement l’apprentissage en se frottant de près à la réalité de la géopolitique de l’eau et du pétrole, d’abord en Azerbaïdjan, puis en Géorgie et en Turquie. Les paysages fantastiques du petit Caucase et des Monts Taurus défilent devant les roues des deux side-cars. Dans cette région de la Transcaucasie et de l’Anatolie nos explorateurs s’intéressent à la distinction entre l’eau et le pétrole qui sont deux ressources naturelles inégalement réparties sur la terre. Mais l’une est renouvelable, l’autre pas. L’eau se gère donc en flux et le pétrole en stock. Cette inégalité de nature n’est qu’apparente car l’eau peut aussi devenir un stock, si…

Hebdomada XXIX

Image
Velouté de petits pois, riz, tomates desséchées, basilic, huile d'olive au citron, riz basmati, un Chablis très parfumé.



Commencé de regarder Lost. Pour le moment, ça me plaît.



Mes petits-déjeuners Gloubiboulga : café, beignet à la framboise, tartine de reblochon fondue.



 Mode compassion humaine : "et voilà, encore un suicidé sur ma ligne… CONNARD !!!"



 Lire Proust me donne envie de promenades. Ce type a le génie des promenades.

"À quoi bon venir sous ces arbres, si rien n’est plus de ce qui s’assemblait sous ces délicats feuillages rougissants, si la vulgarité et la folie ont remplacé ce qu’ils encadraient d’exquis. Quelle horreur ! Ma consolation, c’est de penser aux femmes que j’ai connues, aujourd’hui qu’il n’y a plus d’élégance. Mais comment des gens qui contemplent ces horribles créatures sous leurs chapeaux couverts d’une volière ou d’un potager, pourraient-ils même sentir ce qu’il y avait de charmant à voir Mme Swann coiffée d’une simple capote mauve ou d’u…

Travelling, flashback et photographies

Image
Samedi 22 octobre à 19 h 30 : Travelling, flashback et photographies. Avec Alexandre Najjar (Kadicha, Plon), Roland et Sabrina Michaud (L'Asie des Tartares. Rencontre avec Siyah Qalam, maître du calame noir, Gallimard) et Krikor Beledian (Seuils, Parenthèses). Carnet nomade, Colette Fellous.

Présentation de l'éditeur  Banquier à Beyrouth, Sami Rahmé décide, sur un coup de tête, de tout quitter pour aller vivre à proximité de la Kadicha, la vallée sainte, l'un des hauts lieux spirituels de la chrétienté en Orient. Quand son ancienne amie française, Florence, reporter à Libération, quitte en catastrophe la Syrie en révolte pour échouer au Liban, il trouve l'occasion de renouer avec elle et de l'initier à la vie paisible qu'il a choisi de mener. Ensemble, guidés par Kennedy, un aventurier érudit, ils explorent cette vallée et découvrent les personnages pittoresques qui y ont vécu : Sarkis Rizzi, qui se ruina pour installer une imprimerie au monastère de Kozhaya ; …

Un dernier été dans le Caucase

Image
TV : vendredi 21 octobre à 20 h 40 sur Voyage : Un dernier été dans le Caucase d'A. Voigt (Allemagne, France, 2010).


"Samucha vit dans les montagnes de Géorgie, au pays des Touches, un peuple de bergers du Caucase. Cavalier hors pair, musicien, chanteur, il semble tout droit sorti d’un western... Avec ses deux fils David et Kwiria, il passe l’été dans les hauts pâturages du Caucase, avec leurs 1600 brebis en liberté. A près de 4000 mètres d’altitude, la nature et les animaux rythment la vie de ces hommes. A pied ou à cheval, ils traversent les monts du Caucase et bravent les intempéries des semaines durant. Une histoire de transmission d’un mode de vie ancestral, dans les paysages somptueux de cette région du Caucase."

Le Coran tamisé

Image
Vendredi 21 octobre à 15 h 00 : Nicolas de Cues, lecteur du Coran. Avec le philosophe Hervé Pasqua pour son introduction, sa traduction et ses annotations de Le Coran tamisé. Cultures d'Islam, A. Meddeb.


Présentation de l'éditeur 

Nicolas de Cues (1401-1464), dans le De pace fidei, écrit l'année de la chute de Constantinople en 1453, avait souligné le danger de faire un usage politique de la religion. Une telle confusion du spirituel et du temporel, du religieux et du politique, se retourne et contre la religion et contre la politique, la religion en se donnant une mission temporelle et la politique en sombrant dans la mystique. La Cribratio Alchorani est rédigé en 1461. Le contexte est politique plus que religieux. Le danger d'une invasion de l'Europe par les Musulmans était d'autant plus grand que l'Occident était divisé contre lui-même. Les États nationaux naissant étaient plus intéressés à renforcer leur pouvoir qu'à penser à la menace turque. Les …

Qaraqosh, chrétiens d'Irak

Image
"Qaraqosh veut dire « l’oiseau noir » en langue ottomane. Aujourd’hui on utilise, de préférence, son nom antique « Baghdédé », nom assyrien vieux de trois mille ans qui veut dire « lieu de bonheur ». Les habitants de cette ville, en effet, sont une communauté heureuse comme les oiseaux, qui chantent leur histoire depuis le fin fond de l’antiquité. Ils sillonnent la plaine de Ninive, dernière capitale assyrienne au nord de la Mésopotamie, le fameux berceau biblique. Cette ville a gardé sa foi chrétienne, enracinée dans l’évangélisation de saint Thomas, l’apôtre du Christ, et deux de ses disciples, Mar Marie et Mar Addai. Malgré les multiples persécutions et invasions des Perses, Arabes, Mongoles, Turcs et enfin Américains, ils sont là, témoins de leur histoire. Depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, la population a doublé. Aujourd’hui on dénombre plus de 40 000 habitants, dont plus de 10 000 sont des réfugiés et des rescapés de la guerre. Les innombrables persécuti…