Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2010

Cinéma : Neues Kurdisches Kino

Pour les germanophones et les Suisses, enfin les Zurichois, un festival du cinéma kurde se déroule en ce moment et ce jusqu'au 30 septembre.

Au programme :

Vater de Hisham Zaman (Norvège, 2005) ;

- Crossing the Dusk de Shawkat Amin Korki (France, 2006) ;

- Half Moon, de Bahman Ghobadi (Iran, Kurdistan d'Irak, France, Autriche, 2006) ;

- Close up Kurdistan, de Yüksel Yavuz (Allemagne, 2007) ;

- Vinterland de Hisham Zaman (Norvège, 2007) ;

- On the way to school d'Özgür Doğan (Turquie, Pays-Bas, 2008) ;

- The Land of legends de Rahim Zabihi (Iran, 2008) ;

- The Storm de Kazim Ö (Turquie, 2008)

- Kick Off de Shawkat Amin Korki (Kurdistan d'Irak, Japon, 2009) ;

- Min dît de Miraz Bezar (Turquie, Allemagne, 2009) ;

- Whisper with the wind de Shahram Alidi (Kurdistan d'Irak, 2009).


Programme, adresse, réservations sur le site FilmPodium.

Radio : Pierre-Jean Luizard

Lundi 23 août à 20h00 sur France Culture : Les mutations de la société irakienne depuis la fin de la guerre, avec Pierre-Jean Luizard (CNRS). Place des Peuples, Madeleine Mukamabano. Rediff du 20/6/2010.



Présentation de l'éditeur1920, aujourd'hui A nouveau, l'Irak doit reconstruire un Etat sous le patronage d'une puissance d'occupation, britannique hier, américaine à présent. Pourquoi un pays possédant autant de richesses naturelles et démographiques est-il le théâtre de tant de tragédies depuis trente ans ? Remontant à la création de l'Irak moderne, Pierre-Jean Luizard décrypte les origines des confrontations confessionnelles et ethniques qui déchirent encore la région. Inspiré par la pratique européenne de l'Etat-nation et imposé par la force des armes anglaises face au projet islamique et transnational des ayatollahs, le premier Etat irakien s'était édifié aux dépens des chiites, puis des Kurdes. La " question irakienne " était née, faisant …

Radio : Iran, Turquie, Clarisse Herrenschmidt

Dimanche 15 août 
- à 9h30 sur Judaïques FM : Peut-on renverser la république d'Iran ? avec Michel Taubmann ; Rencontre, J. Corcos.
- à 18h10 sur France Culture : Quand les entreprises turques modernisent leur société. Le Magazine de la rédaction, Reportage de N. Epstain (rediff du 22/5/10).
Vendredi 20 août 
- à 7h08 sur France Culture : Clarisse Herrenschmidt, spécialiste de l'Antiquité iranienne, Collège de France. Les Matins d'été, F. Delorme.

Cantique spirituel

Déception à la lecture du Cantique spirituel de saint Jean de la Croix, dont on dit pourtant tant de bien. Mièvrerie suave et trop sucrée, ce côté doucereux-douceâtre, comme les écrits de saint François de Sales. Ce qui me déplaît le plus, c'est que c'est une réécriture vertueuse du Cantique de Salomon, ce poème d'amour brûlant, sauvage et pas du tout "convenable" ni vertueux, un cantique voyou, en somme. Mais tellement plus puissant et plus beau. Peut-être est-ce que cela vient de la traduction, mais quand on compare :  Daignez donc ne pas me mépriser,Parce que vous m'avez trouvé le teint noirVous pouvez bien désormais me regarder,Car depuis que vos yeux se sont fixés sur moi,Vous avez laissé en moi la grâce et la bonté.et


Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem,comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.Ne prenez pas garde à mon teint noir :C’est le soleil qui m’a brûlée.

Au moins cela m'a donné envie de relire le poème origin…

Ramadan : Finalement, Ankawa en est dispensé...

Après la publication d'une déclaration, du gouvernorat d'Erbil, publiée initialement par AkNews, sur l'obligation pour les boutiques et les bars du quartier chrétien d'Ankawa, de tenir portes closes le temps du Ramadan, d'autres responsables du Gouvernement ont finalement démenti cette obligation, après une contre-enquête du journaliste Vladimir van Wilgenburg pour Rudaw.
Nous apprenons ainsi que, contrairement à ce qu'aurait affirmé Sirwan Faris, directeur général du gouvernorat, à savoir que tous les contrevenants chrétiens seraient sanctionnés, la prohibition d'alcool ne concerne finalement pas les chrétiens. Cette fois-ci, la rectification (ou la volte-face ?) émane du gouverneur en personne, Nawzad Hadi, mais dans des termes assez ambigus : "Ils se peut qu'ils le fasse d'eux-mêmes. Les musulmans et les chrétiens se respectent ici. Ce n'est pas une question de loi."
Or rappelons qu'Ankawa est une banlieue chrétienne et réputée po…

le Perdant radical : les victimes musulmanes

Le fait que l'énergie destructrice des activistes islamistes se tourne essentiellement, au contraire de ce que semble croire l'Occident, contre les musulmans eux-mêmes n'est donc de ce point de vue ni une erreur tactique ni un "dommage collatéral". Rien qu'en Algérie, leurs actes terroristes ont coûté la vie à au moins 50 000 de leurs concitoyens ; d'autres sources évoquent jusqu'à 150 000 assassinats, auxquels toutefois ont également participé les militaires et les services secrets. En Irak et en Afghanistan aussi, le nombre des victimes musulmanes dépasse largement celui des victimes étrangères. D'ailleurs, la susceptibilité hystérique dont ils font preuve dans leurs rapports au monde extérieur disparaît comme par enchantement lorsqu'il s'agit de conflits internes au monde arabe. Lorsqu'en Irak, au Tchad, au Darfour ou en Afghanistan des musulmans tuent d'autres musulmans, on s'en soucie comme d'une guigne, pas l'ombr…

le Perdant radical : la foi chancelante du terroriste

On remarque également que très peu de terroristes sont issus de milieux fondamentalistes. Cela éclaire le rôle idéologique de la religion. En tant qu'observateur extérieur, on ne peut risquer ici que des hypothèses. De nombreux éléments laissent toutefois supposer que l'attachement religieux des terroristes n'est pas si profond que cela. "Une telle foi chancelante se double toujours de l'exhortation à l'obéissance la plus stricte. Elle ne connaît pas de compromis et se vexe d'un rien. Comme elle n'est pas tout à fait sûre d'elle-même, elle doit s'appuyer sur l'autorité ou le passage à l'acte." (Wolfgang Sofsky, "Mob der Frommen", in Die Welt, 15 février 2006).Hans Magnus Ezensberger, Le Perdant radical, XIV.

Le Perdant radical : les États arabes

Sur le Human Arab Development Report (résumé en francais) 

En ce qui concerne la liberté politique, les États arabes se retrouvent à la dernière place de toutes les régions du monde, y compris derrière l'Afrique noire. Constat d'échec similaire pour l'économie. Même en tenant compte des énormes revenus du pétrole, les pays arabes arrivent avant-derniers ; il n'y a qu'en Afrique que la situation est pire. Les dépenses de recherche et de développement des États arabes représentent tout juste 0,2% de leur produit national brut, ce qui est sept fois moins que la moyenne mondiale. On est également frappé par un déficit dans le transfert des connaissances. Les livres imprimés  dans le monde arabe représentent 0,8% de la production mondiale. Le nombre total de livres traduits à partir d'autres langues depuis le règne du calife Al-Mamoun (813-833), c'est-à-dire au cours des douze derniers siècles, correspond au nombre de traductions d'une seule année en Espagne …

Le Perdant radical : les armes occidentales du terrorisme islamique

On oublie souvent que le terrorisme moderne est une invention européenne datant du XIXe siècle. Ses ancêtres les plus représentatifs se trouvent dans la Russie tsariste, mais en Europe occidentale aussi, il peut se prévaloir d'une longue tradition. Ces derniers temps, sa principale source d'inspiration a été le terrorisme d'extrême gauche des années 1960 et 1970. Les islamistes lui empruntent de nombreux symboles et de nombreuses techniques. Le style de leurs communiqués, l'utilisation d'enregistrements vidéo, la signification emblématique de la kalachnikov, leurs mimiques, leurs postures et leurs habits même révèlent tout ce qu'ils ont retenu des modèles européens. De plus, les outils techniques du terrorisme, de l'explosif au téléphone satellitaire, de l'avion à la caméra vidéo, ont tous une origine occidentale.À l'instar de leurs précurseurs européens, les combattants islamistes se rattachent à un nombre très limité d'autorités canoniques. Le…

Le Ramadan de la Bêtise : Ankawa privé de vin

Sirwan Faris, le directeur général de l'administration du gouvernorant d'Erbil a annoncé officiellement que comme l'an dernier, les restaurants pourront ouvrir le mois de Ramadan à condition de se cacher pudiquement derrière un rideau. En ce qui concerne les bâtiments gouvernementaux ni salons de thé ni cafétéria ne sont ouverts, ce qui va faire plaisir aux chrétiens, aux yezidis et aux athées qui y bossent. 
Mais là où le gouvernorat atteint des sommets d'intelligence, c'est quand il prétend étendre ces mesures à Ankawa, quartier chrétien à 90% (avec des Mandéens), où on ne compte plus les boutiques d'alccol et les bars. Sous peine de finir devant les tribunaux, les chrétiens vont devoir se mettre en chômage technico-religieux et des patrouilles de police devront vérifier qu'on ne boit plus d'alcool à Ankawa. Par avance, je cafte : à l'église Saint-Joseph et à l'église Saint-Georges, ce que les prêtres boivent dans les calices, c'est pas de …

Le Perdant radical : les collectifs de perdants locaux

Très peu de collectifs de perdants agissent à l'échelle mondiale jusqu'à présent, même s'ils peuvent déjà s'appuyer sur des flux financiers internationaux et sur des marchands d'armes. En revanche, il y a pléthore de groupes qui privatisent la guerre et dont les leaders sont appelés "commandants" ou "chefs de guerre". Leurs soi-disant milices et factions paramilitaires se parent volontiers du titre d'"organisation de libération" ou d'autres attributs révolutionnaires. Il y a des médias qui les désignent sous le nom de "rebelles", un euphémisme qui devrait les flatter. "Sentier lumineux", MLC, RCD, SPLA, ELA, LTTE, LRA, FNL, IRA, LIT, KACH, DHKP, FSLN, UVF, JKLF, ELN, AUC, FARC, PLF, GSPC, MILF, NPA, PKK, MODEL, JI, CPNML, UDA, GIA, RUF, LVF, SNM, ETA, NLA, FPLP, SPM, LET, ONLF, SSDF, PLJ, JEM, SLA, ANO, SPLMA, RAF, AUM, PGA, ADF, IBDA, ULFA, PLFM, ULFBV, ISYF, LURD, KLO, UPDS, NLFT, ATTF…– "de gauche&qu…