Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2010

IRAK : UN NOUVEAU GOUVERNEMENT SE FORME PROGRESSIVEMENT

Le 21 décembre, les députés irakiens ont enfin approuvé la formation d’un nouveau gouvernement, mené par le Premier Ministre Nouri Al-Maliki, après 9 mois de négociations entre les différents blocs parlementaires issus des élections du 7 mars 2009, qui avaient amené au coude à coude chiites et sunnites.
Le nouveau cabinet comprendra 42 ministères dont 29 sont pour le moment pourvus et a dû composer avec tous les mouvements politiques irakiens pour maintenir une coalition viable, ce qu’a reconnu lui-même Nouri Al-Maliki : « La tâche la plus difficile au monde est de former un gouvernement d’union nationale dans un pays où il y a une telle diversité ethnique, religieuse et politique. » Ainsi le nouveau gouvernement comprend des représentants de toutes les factions politiques parmi les chiites, les sunnites (dont la liste rivale de Maliki, Al Iraqiyya) et les Kurdes.
Parmi les 13 postes non encore pourvus définitivement, la Défense, la Sécurité intérieure et extérieure, et le contrôles …

ERBIL: UN DISCOURS DU PRÉSIDENT BARZANI ENFLAMME LA PRESSE ARABE

La question du référendum sur le sort de Kirkouk et d’autres territoires disputés continue d’éroder la confiance de la population dans le gouvernement central irakien. D’autant que l’une des étapes préparatoires à la tenue du référendum, le recensement de la population, vient d’être à nouveau reportée. Initialement prévu pour le 5 décembre 2010, le Conseil des ministres a décidé en effet, le 30 novembre, de repousser le recensement général de la population irakienne, ce qui a satisfait les partis arabes et turkmène de Kirkouk qui craignent de voir ainsi entérinée la domination démographique des Kurdes dans cette province. Ces mouvements opposés au rattachement accusent en effet les Kurdes d’avoir artificiellement gonflé leur population, que ce soit en falsifiant les registres électoraux, en installant en masse des réfugiés ou en expropriant des Arabes et des Turkmènes. Mais Turhan Al-Mufti, qui représente les Turkmènes au Conseil provincial, affirme ne pas contester le principe même …

IRAN : L’EXÉCUTION D’UN PRISONNIER KURDE REPORTÉE, SA FAMILLE ARRÊTÉE

L’exécution d’un étudiant kurde iranien, Habibollah Latifi, qui devait avoir lieu le 26 décembre, a été reportée, après une campagne d’ONG et de journaux kurdes pour réclamer que son procès soit révisé. Peut-être, de façon plus décisive, l’intervention du président de l’Irak, le kurde Jalal Talabani, pour demander sa grâce, a-t-elle été prise en compte par le gouvernement iranien, selon le journal kurde Awene.
Mais le fait que l’exécution soit reportée ne signifie pas que le prisonnier ne puisse être exécuté ultérieurement. Habibollah Latifi a été condamné en tant que ‘moharebeh’, ennemi de Dieu, ce qui entraîne automatiquement la peine de mort, par la Cour révolutionnaire de Sanandaj (capitale de la province du Kurdistan en Iran) pour appartenance au PJAK (branche iranienne du PKK). Le 25 décembre, plus de 200 personnes, militants de partis politiques, membres d’association, journalistes, avaient manifesté dans la ville kurde de Sulaïmanieh pour protester contre l’application de la …

SYRIE : RAPPORT SUR LES DEMANDES D’ASILE DES KURDES EN EUROPE

The Institute of Race Relations basé à Londres a récemment publié un rapport sur les populations refoulées de l’Union européenne. Parmi elles, le nombre des Kurdes de Syrie ne cesse de s’accroître, bien que beaucoup d’entre eux aient été forcés de fuir ce pays en raison de leurs activités politiques.
Les Kurdes de Syrie ont défrayé la chronique dès le début de l’année 2010, avec l’arrivée sur les plages corses d’une centaine d’immigrés clandestins, dont la majeure partie était kurde. Cette même année s’est conclue tragiquement sur le suicide d’un autre Kurde de Syrie, dont la demande d’asile avait été déboutée par le Danemark.
Mais entre ces deux événements médiatisés, il y a eu bon nombre de grèves de la faim, des jugements, des arrestations et des expulsions qui n’ont pas fait les gros titres des journaux. La Convention européenne des droits de l’homme (ECHR) s’engage pourtant à protéger toute personne risquant, dans son pays, d’être soumise à la torture ou à des traitements inhuma…

UN DISCOURS DU PRÉSIDENT BARZANI ENFLAMME LA PRESSE ARABE

La question du référendum sur le sort de Kirkouk et d’autres territoires disputés continue d’éroder la confiance de la population dans le gouvernement central irakien. D’autant que l’une des étapes préparatoires à la tenue du référendum, le recensement de la population, vient d’être à nouveau reportée. Initialement prévu pour le 5 décembre 2010, le Conseil des ministres a décidé en effet, le 30 novembre, de repousser le recensement général de la population irakienne, ce qui a satisfait les partis arabes et turkmène de Kirkouk qui craignent de voir ainsi entérinée la domination démographique des Kurdes dans cette province.
Ces mouvements opposés au rattachement accusent en effet les Kurdes d’avoir artificiellement gonflé leur population, que ce soit en falsifiant les registres électoraux, en installant en masse des réfugiés ou en expropriant des Arabes et des Turkmènes. Mais Turhan Al-Mufti, qui représente les Turkmènes au Conseil provincial, affirme ne pas contester le principe même du…

"Pour la première fois le Kurdistan a honoré Nikos Kazantzakis"

Du 10 au 14 novembre 2010, s'est tenu à Sulaymanieh la 14ème édition du festival culturel Gelawêj. Plusieurs personnalités littéraires, kurdes ou européennes avaient été invitées dont Georges Stassinakis, le fondateur et président de la Société internationale des Amis de Nikos Kazantzakis, venu de Suisse, qui, se disant "ravi par l'accueil et l'hospitalité des organisateurs et du peuple martyr kurde" a rédigé une note sur son séjour au Kurdistan.
POUR LA PREMIÈRE FOIS LE KURDISTAN (IRAK) A HONORÉ NIKOS KAZANTZAKIDu 10 au 14 novembre 2010, a eu lieu à Sulaymania (ville située à l'est du Kurdistan) la 14e édition du Festival Galawezh. Il comprenait des expositions de livres, de peintures et de calligraphies, de la musique et des chants traditionnels kurdes et un nombre impressionnant de conférences littéraires. Inauguré par Mme Hero Talabani, épouse du président de la République irakienne, et en présence d'un grand nombre de personnalités de la culture et de…

Radio : Jankélévitch, Iran, Plotin

Mercredi 29 janvier à 10h00 sur France Culture : La nostalgie (3). L'irréversible et la nostalgie, de Vladimir Jankélévitch. Avec Pierre-Michel Klein. Les Chemins de la Connaissance, Raphaël Enthoven.



Jeudi 30 décembre à 9h06 sur France Culture : Le voyage à l'étranger des intellectuels, artistes et militants (4). Voyage en Iran quand la Gauche française soutenait la révolution. La Fabrique de l'Histoire, C. Guilyardi.
Vendredi 31 décembre à 10h00 sur France Culture : La nostalgie (5). Les Énnéades de Plotin. Avec Gwennaëlle Aubry. Les Nouveaux Chemins de la Connaissance, Raphaël Enthoven.

1998-2010 : l'évolution des rapports turco-kurdes à Mersin

Une étude intéressante de l'université de Mersin, département de sciences, lettres et psychologie (province d'Adana) reproduit plusieurs enquêtes menées dans cette ville, en 1998, 2002, 2007 et cette année, auprès de 2000 personnes : les habitants des districts d'Akdeniz et Toroslar, à fort peuplement kurde,  et ceux des districts de Yenişehir et Mezitli, à forte densité turque.
Les questions ont toujours été les mêmes et visaient à apprécier la "distance sociale" entre Kurdes et Turcs, relations, mariages, travail, etc. 
Ainsi en 1998, 12.8 % des Kurdes s'étaient dit mariés à un(e) conjoint d'origine turque. Ils n'étaient plus que  6.3 % en 2002, 0.4 %  en 2007 et 0 cette année. En 1998, 26.9% des Turcs déclaraient un conjoint kurde, 14.9 en 2002, 7 % en 2007 et 1.3 % cette année.
Concernant les "relations d'affaire" (qui induisent au Moyen-Orient des relations de confiance et des sentiments "amicaux" plus étroits qu'en Europ…

Adalet Ağaoğlu : Le Premier Bruit du silence

Présentation de l'éditeurEst-ce ainsi qu'il faut voir le monde? L'esprit s'inquiète, puis vagabonde et regimbe face à la réalité des rapports humains, à la vanité des rapports sociaux qu'hommes et femmes doivent subir : une riche matière qui alimente ces sept nouvelles d'Adalet Ağaoğlu. Loin du vérisme convenu de la prose des années 1960, la romancière et nouvelliste recrée notre perception des mouvements de l âme, des paroles suggérées par les gestes et les inflexions de la voix. Ces textes, soutenus par une ironie souvent dévastatrice, sont des révélateurs de la vie ordinaire... La vie étroite et éclatante que tous, nous vivons. Les 7 récits mêlent passé et présent, souvenirs et réflexions en décrivant avec réalisme un pays en pleine mutation, la Turquie.Biographie de l'auteurNée en 1929, Adalet Ağaoğlu entame très jeune une carrière de dramaturge avant de se consacrer à l'écriture romanesque et de prendre sa place au premier rang des auteurs turcs de…

Bibliothèque Numérique Kurde

Lancement sur la toile de la Bibliothèque Numérique Kurde, qui a pour objectif de proposer au public la lecture et le téléchargement de quelques milliers d'ouvrages, de photos, de cartes, de vidéos, de sons (libres de droits, pas taper)...
Bien sûr, ce fonds ne cessera d'être alimenté et peu à peu enrichi, à la mesure de la taille de la bibliothèque traditionnelle déjà existante.

Concert-hommage

« LA PASSION DE JESUS CHRIST »Église Saint-Roch - le 11 décembre 2010 à 20h30296, rue St Honoré, Paris 1er – Métro Pyramides, TuileriesLibre Participation - Accueil à partir de 20h

À l’initiative de l’Œuvre d’Orient, de Chrétiens de la Méditerranée et de Pax Christi France , un concert en hommage aux chrétiens d’Irak et à toutes les victimes du conflit irakien sous la présidence d’honneur de Mgr. Sako, Archevêque de Kirkouk (Irak), lauréat 2010 du prix de la paix décerné par Pax Christi International.180 choristes, dirigés par André Gouzes et Jean François Capony, interprètent « La Passion de Jésus Christ » d’André Gouzes.Ce concert est organisé en réponse à l’appel des évêques irakiens, suite à l’attentat sanglant du 31 octobre à Bagdad :« Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer. Sans cela nous nous sentons seuls et isolés. »Ce concert spirituel se présente comme une grande fresque sonore débutant par le tableau de l'entrée à Jérusalem lors …

Rencontre avec Pınar Selek

Jeudi 16 décembre de 19h00 à 21h00, Mairie du 10e arrondissement de Paris, l'Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT) organise une rencontre avec la sociologue Pınar Selek sur le thème :


La lutte contre la culture de la violence en Turquie

2 rue du Faubourg St-Martin 75010 PARIS Métro : Château d’Eau Informations : 01 42 01 12 60




Qui est Pınar Selek ?
Pétition de soutien

Qalandars kurdes et qualandars noirs

D'après l'auteur du Qalandar-namâ de Tashkent qui écrit entre 1320-1350 et qui a adopté pour lui-même et ses disciples le modèle du majdhûb/abdâl, le fondateur de la secte islamique des Abdâl serait un certain Abû'l-Wafâ' (m. 501/1107). Les sources anciennes s'accordent sur le fait qu'Abû'l-Wafâ' était un "Kurde". De même que l'"abdalisme" et le "qalandarisme" ont été turquisés, de même ce Kurde a été turquisé. Un nombre considérable d'"Indiens" en provenance du Sind et de Transoxiane se sont installés en Arménie/Kurdistan. Contentons-nous pour l'instant de dire que la trace de ces Indiens peut être retrouvée à l'intérieur de la minorité des Kurdes yézidis, et que le dénommé Abû'l-Wafâ' a été le maître du shaykh 'Adî (m. c. 558/1162), lequel shaykh 'Adî est le chef spirituel des Kurdes yézidis. Sachant que les Yézidis ne sont pas des Turcs et qu'à cette époque Turcomans et Kurde…

Les dessous des confréries de qalandars

La classification chaotique des qalandars en deux confréries mal distinguées l'une de l'autre au départ – à première vue induite par la quasi-homonymie qui frappe les noms de leurs fondateurs respectifs Sâwahî (ou Sâwajî) et Zâwahî, l'un et l'autre surnommés Qutb al-dîn Haydar, et le fait que ces confréries aient été infectées par le virus de l'escroquerie avant même leur création, permettent de fonder l'hypothèse de la réappropriation d'un modèle pré-existant par les soufis.Ces deux confréries sont :1) Les Porteurs de chaînes Haydarî à cheveux longs et sexe verrouillés par un anneau ou une broche de métal, rattachés à Jamâl al-dîn Zâwahî, alias Qutb al-dîn Haydar (m. c. 618/1221), confrérie théoriquement fondée dans l'Est iranien.2) Les Porteurs de cilice Jawâlîqî au corps entièrement rasé, rattachés à Jamâl al-dîn Sâwahî/Sâwaj, alias Qutb al-dîn Haydar (620-630/1223-1232), confrérie fondée à Damas.Pour al-Jawbarî, qui a consacré son œuvre unique à déc…

La "nudité de Bâbâ Tâhir" ou le premier qalandar

Le premier qalandar historique attesté en islam émerge de la littérature persane du Xe/XIe siècle. Bâbâ Tâhir 'Uryân, le "Nu" (m. c 410/1019) a été un ascète et un poète. Il a vécu à Hamadan, au Kurdistan, une ville dont le nom est également associé au poète iranien Fakhr al-dîn 'Iraqî (m. 688/1289), qui s'y éprit d'un jeune qalandar qu'il allait suivre jusqu'en Inde.Quand Bâbâ Tâhir dit : "Je suis ce paria (rind) qu'on appelle qalandar, rien ne m'appartient, et je n'ai ni toit ni foyer ; le jour, je vagabonde de par le monde, et la nuit, j'ai une brique pour oreiller", il se définit comme un exclu qui vit dans la rue. Sans doute est-ce encore un effet pervers du syndrome du qalandar perçu exclusivement comme un musulman qui a conduit le grand iranisant Fritz Meier à traduire rind par pîr, par "maître spirituel". Cette traduction contredit le fait que Bâbâ Tâhir était solitaire en lui prêtant des disciples. Ces disc…

TV, radio : guerre d'Irak, Tancrède le Normand, Baloutches d'Iran

TV
Lundi 6 décembre à 22h40 sur Canal + Doc : Guerre d'Irak, les dossiers secrets, Marc Sigsworth (Fr., 2010).
Radio
Samedi 4 décembre à 18h30 sur Fréquence protestante : La saga de Tancrède le Normand, avec la romancière Viviane Moore. Actuelles, C. Castelnau.
Dimanche 5 décembre à 6h10 et 22h10 sur France Culture : Chez les Baloutches d'Iran, avec Stéphane A, Dudoignon, auteur de Voyage au pays des Baloutches, Iran, début du XXIe siècle (Cartouches). Cultures d'islam, A. Meddeb.


Présentation de l'éditeurLe voyageur auquel il prendrait la fantaisie de se rendre au Baloutchistan d'Iran aura soin de décliner les offres d'éventuels chaperons de l'escorter une kalachnikov sous le bras, n'empruntera pas les routes seul, de nuit, à bord d'un rutilant 4 x 4 et ne s'intéressera aux affaires religieuses régionales qu'avec circonspection. D'une façon générale, il se fera discret pour visiter cette zone à la pointe sud-est de l'Iran, aux frontières…

Hommage à Ahmet Kaya

À l'occasion du 10ème anniversaire de la mort du chanteur Ahmet Kaya, décédé à l'âge de 43 ans à Paris, un hommage lui sera rendu samedi 4 décembre à la mairie du Xème arrondissement de Paris, de 15h00 à 20h00, en présence de Mme Gülten Kaya et de leur fille Melis.
Programme
15h00 : Mot de bienvenue de Rémi Féraud, maire du Xème arrondissement.
Projection d'un documentaire : « Mon cerf-volant s’est pris dans les barbelés/ Un film pour Ahmet Kaya » (« Uçurtmam tellere takıldı / Ahmet Kaya için bir film ») Gülten Kaya / GAM Production, une biographie d’Ahmet Kaya.
15h00 – 20h00 Rencontre-débat, avec : 
Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH Hasan Cemal, journaliste-écrivain Can Dündar, journaliste-documentariste Perihan Magden, journaliste-écrivain Şivan Perwer, musicien kurde en exil. Kendal Nezan, président de l’Institut kurde de Paris

Mairie de Paris - 10ème arrondissement - 72, rue du Faubourg Saint-Martin - 75475 PARIS. Inscription préalable obligatoire (date limite 3 déc…

PARIS : CONFÉRENCE À L’ASSEMBLÉE NATIONALE « L’IRAN EN 2010 »

Le 27 novembre s’est tenue à l’Assemblée nationale une conférence organisée par l’Institut kurde de Paris, avec pour thème : L’Iran en 2010. Les manifestations massives qui ont suivi la réélection contestée de Mahmoud Ahmedinejad à la présidence de la République Islamique, ont montré l'ampleur du mécontentement des populations urbaines et celle des clivages internes qui travaillent le régime iranien depuis plusieurs années. Malgré son intensité, la crise de 2009-2010 a également démontré la capacité du « système Ahmedinejad », qui dispose du soutien du Guide de la Révolution, de contrôler la quasi-totalité des rouages de l’Etat et de mobiliser autant les Pasdaran, les Bassidj qu’une série de fondations para-étatiques. En s’éloignant des débats autour de l’enjeu nucléaire, qui occupe souvent la une de l’actualité en Europe, cette journée d’études souhaitait offrir quelques éléments pour comprendre la situation iranienne depuis le premier mandat d’Ahmedinejad (2005) et sans cherche…