Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2007

Cette semaine coup de projo sur :Şivan Perwer

Si je n'en ai pas parlé jusqu'à maintenant c'est que je trouvais un peu couillon dans une rubrique destinée à faire connaître la musique kurde de "présenter" Şivan, tellement il est connu, même des non-Kurdes. Mais bon, à force on va croire que je le snobe, alors cette semaine ce sera quand même son tour. Né en 1955 dans la provinde d'Urfa, il est à la fois un acteur historique du mouvement kurde et aussi le chantre de cette histoire. Il se fait connaître en 1972, lors des manifestations kurdes à l'université d'Ankara et ses chansons, qui passent très vite toutes les frontières, accompagnent la révolte des Kurdes d'Irak en 1975. L'année suivante, il doit fuir en Allemagne et depuis lors vit en Europe. Il revient au Kurdistan d'Irak après 1991, où il y donne un concert largement diffusé sur vidéo. Ses thèmes embrassent absolument tous les thèmes kurdes, passés et contemporains : les chants d'amour, de combat, les appels politiques. Il a a…

Les voyages de Gertrude Bell

Mars 1911 à Qala Sabzî. "Les cavaliers me galopaient après - non qu'ils en avaient à mon argent ou à ma vie, mais ils tenaient par dessous tout à être eux aussi photographiés." Levi-Strauss disaient détester les voyageurs et les explorateurs, ben moi je les aime bien... Surtout quand ils mitraillent avec un tel sérieux et un tel professionalisme les lieux où ils passent. Archéologue, voyageuse, agente de l'Intelligence Service, fondatrice et première directrice du musée de Bagdad, Gertrude Bell a parcouru le Moyen-Orient et a laissé une somme impressionnante de clichés pris durant la première décennie du XX° siècle. Il ne faut pas s'attendre à un album touristique. Chaque monument est photographié dans ses moindres détails, et certaines vues d'églises, comme celle d'al Adra à Amid (Diyarbakir), le pont de Cizre et ses motifs astrologiques, Zakho et ses vieux monuments sont des traces irremplaçables. Les photos sont classées par année, mais un moteur de rec…

Opportunisme ou mégalomanie ?

Murat Karayilan a déclaré sur Roj TV que l'attaque contre les Yézidis était une attaque contre tous les Kurdes, ce qui était vrai, mais en se montrant soudain très préoccupé de la protection de toute la région du Kurdistan, il semble oublier quand même que c'est actuellement ses propres forces qui sont une des causes les plus fortes de l'instabilité et de la menace aux frontières kurdes... Par ailleurs, quand il dit : "Nous pouvons nous protéger, nous pouvons protéger notre peuple à Shingal", qui entend-il par ce nous ? Se prendrait-il soudain pour le KRG ou bien le peuple kurde tout entier ? (il y a des précédents dans son Parti et pas des moindres) Ou bien les forces du PKK sont-elles censées voler au secours des pauvres peshmergas qui ont montré depuis 2004 leur incapacité à sécuriser le Kurdistan ? Alors oui, les déployer dans les territoires kurdes en auxilliaires des peshmergas serait une riche idée, tellement lumineuse qu'on se demande comment Barzani …

The Storm Petrel and the owl of Athena

Livre mythique, que je rêve de tenir en main depuis que j'ai lu un extrait dans un agenda ayant pour thème le voyage, il y a 7 ans... Grosse émotion. D'emblée je retrouve cet anglais magnifique, ces phrases presque mytiques dans leur tranquille et assurée limpidité. "Through all the years when I was pursuing my love-tracking local birds over field and meadow, through woods and swamps - the seabirds remained in my imagination as the parangons of nature."
"Guides to bird-identification say that, superficially, it is like a gull. The word "superficially" should be emphasized, however, because it is quite unlike a gull to the eye of any praticed observer. As a flying machine, especially, it belongs to an altogether different category. It is a projectile rather than a parachute, adapted to swift rather than drifting flight."
In the evolution of life on earth there has been a gradual separation of forms descended from common ancestors, and it is convenient …

Photo : Lalesh

Mise en ligne de la galerie photos de Lalesh, prises par Roxane en mai dernier. On remarquera l'allure redoutable et démoniaque de ces dangereux "adorateurs du Diable". De quoi frissonner, vraiment.

Cette semaine coup de projo sur : Miço Kendes

Miço Kendes est né en 1966 à Koban ('Ayn Arab officiellement), une ville sur la frontière turco-syrienne, en face de Siruc. Disons que nonobstant la division frontalière qui ne signifie pas grand-chose, Koban est plus proche d'Urfa que d'Alep. Mais le fait d'être né du côté syrien lui a permis de se former et de chanter très tôt le répertoire traditionnel et épique kurde, ce qui aurait été plus difficile en Turquie, où l'épanouissement des cultures "régionales" n'est pas très encouragé. Il apprend à chanter aussi bien en arabe qu'en kurde et s'initie au tembur et au buzuk.
Il fait ses études à Alep et prend des cours auprès de musiciens réputés, se formant aussi bien à la musique traditionnelle arabe que perse ou turque. Il fonde un groupe avec lequel il se produit tout en écrivant des articles de musicologie. Sa passion pour la musique passée l'amène à collecter des enregistrements anciens, parfois en très mauvais état, de chansons kurde…

Wanted

Un mandat d'arrêt a été lancé sur Interpol : Une femme de 38 ans (né le 2 septembre 1968), à Bagdad. Nationalité : irakienne, jordanienne. Langues : arabe, anglais. Signalement : 1m70 (ou 67 pouces), yeux noisettes, cheveux châtain. Accusée de crimes et de terrorisme. Nom : RAGHAD SADDAM HUSAYN Al MADJID.


Le plaignant est l'Etat irakien. L'accusée vit actuellement en Jordanie.

Les Yézidis

On entend tellement de conneries sur eux, maintenant reprises par les journaux occidentaux, dont le fameux "adorateurs du Diable", qu'une mise au point, même très sommaire, ne peut faire de mal...

D'où viennent les Yézidis ? On ne lit pas ce nom sous la plume des historiens avant le 12° siècle. Le yézidisme est né d'une fusion entre un ordre soufi, la 'Adwiyya, des cultes préislamiques iraniens (peut-être antérieurs au zoroastrisme) et des courants gnostiques qui fécondent à peu près toute la pensée mystique de l'Irak, du Kurdistan, de l'Anatolie et de la Syrie au cours du Moyen-Âge.
Il n'y a pas d'étymologie sûre concernant l'origine de leur nom (pas plus que sur celle du nom "kurde" d'ailleurs), mais plusieurs pistes. D'abord "Êzdî", ou "Êzidî", est effectivement le nom que les yézidis se donnent et n'est pas un sobriquet qui a servi à les désigner pour les gens de l'extérieur, comme celui de &…

Les Peshermgas se déploient à Sindjar

Comme Barzani l'avait annoncé, des Peshmergas, au nombre de 340 se sont éployés à Sinjar, pour protéger les Yézidis là-bas. Selon le Commandant en chef des Peshmergas, Aziz Wayzî, ils y resteront jusqu'à ce que la situation soit sûre. Autant dire pour un bon bout de temps jusqu'à la tenue du référendum. Via Kurdistan Observer, deux yézidis confient à la BBC leurs sentiments et leurs réflexions sur ce massacre, qui était à la fois attendu et inattendu. Inattendu par son ampleur, mais comme nous le disait le Pîr Xidir à Duhok en mai dernier, il ne se passait pas un jour sans qu'un village yézidi soit attaqué par les musulmans, dans les zones en dehors du KRG. Les yézidis, cible rêvée pour les Baathistes puisque Kurdes à 95%, cible de choix pour les takfiris (puisque "hérétiques") allaient forcément, un jour ou l'autre, payer un lourd tribu à la décomposition de ce non-Etat qu'est l'Irak.

Khidir Domle, 39 ans, yézidi et journaliste : "Ces attaques …

Des Nazgûls et de l'ipséité ishraqî

Regardant le documentaire sur Tolkien et le Seigneur des anneaux fourni dans le dvd version longue de La Compagnie de l'anneau, quand on aborde les spectres, les Ringwraith, les cavaliers noirs donc, qui sont, au fond, vides, comme le Mal, les orcs, les trolls, les croisements de Saruman. Le Mal est vide, sans être, chez Tolkien. Le documentaire ajoute que c'est assez bien l'essence du Mal au XX° siècle, un mal sans joie ni conscience de pécher, ni blasphème ni transgression, des êtres banals et qui ne ressentent rien en accomplissant le mal. Le mal, c'est ceux qui n'ont pas conscience d'eux-mêmes, de leur être. Le mal c'est ceux qui sont inconscients d'eux-mêmes, "Unaware". V
Proposition générale :
Que tout ce qui se connaît soi-même est lumière immatérielle
114. Tout ce qui connaît une ipséité (dhât) dont il n'est jamais absent, n'est pas un être de la nuit puisqu'il est révélé soi-même à soi-même. Il n'est pas non plus une qua…

Attaques contre les Yézidis : Massoud Barzani demande aux peshmergas d'agir

Dans une allocution télévisée, le président du Kurdistan, Massoud Barzani, après avoir condamné l'attentat contre les yézidis de Shingal, a demandé à toute la population kurde de faire front contre l'ennemi, a accusé des états voisins sans les nommer, et a surtout demandé au ministre des peshmergas et des forces de sécurité de se porter au secours des Kurdes situés dans les régions extérieures au KRG, où les Kurdes sont pris pour cible, en plus de l'envoi de secours médicaux et d'un appel à la solidarité des Kurdes "de l'intérieur" pour venir en aide de toutes les façons aux Kurdes "de l'extérieur." Peut-être ne s'agit-il que d'un envoi temporaire de peshmergas à Shingal et Sindjar, peut-être finalement, dans ces régions, la question du rattachement au KRG n'aura même plus besoin de se régler par référendum, au moins dans les faits.

Au nom du Clément, du Miséricordieux

200 yézidis tués par le souffle des bombes, environ 300 blessés, beau carton des takfiris qui va dépasser celui qu'ils ont fait à Sadr City contre 200 chiites. Déclarés "infidèles" ou "apostats de l'islam" on ne sait plus trop bien, les yézidis sont de toute façon des cibles de choix, encore plus que les chrétiens car il n'existe même pas de "dhimmitude" prévue pour eux. Cela dit, si les Chrétiens fuient en masse l'Irak, il est peu probable que les Yézidis quittent les régions Shingal et Sindjar puisque c'est là que se situent les trois-quarts de leurs territoires sacrés et lieux de pèlerinage (seul Lalish est pour le moment inclus dans la Région du Kurdistan). En décembre 2007, normalement, il est prévu qu'avec les autres régions de Khanaqîn (récemment cible d'attentats contre une bourgade turkmène), Kirkuk (régulièrement attaquée) et une partie de Mossoul (pour la rive droite, que les Irakiens la gardent), les gens de Sindjar…

Un indice

Là où on peut être sûr que le pseudo-accord des Premiers ministres turc et irakien sur des mesures (non précisées et pour cause) qui viseraient à éradiquer le PKK de Qandil est totalement inopérant et inoffensif pour le GRK, c'est que le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebarî (kurde), a déclaré que le président irakien, Jalal Talabanî (kurde), et le président de la Région du Kurdistan, Massoud Barzanî (kurde), soutenaient très chaleureusement ce grand projet irako-turc.

Cette semaine, coup de projo sur : Haj Qorban Soleymanî

Les plus grands musiciens kurdes sont en Iran et la plus belle musique kurde s'entend peut-être au nord du Khorassan, par exemple à Quchan, dont la majeure partie des habitants sont kurdes, descendant des Zarafanlu installés au 17ème siècle par Shah Abbas pour garder ses frontières. Depuis, environ 2 millions de Kurdes au Khorassan, vivent notamment dans ce qu'on appelle "l'enclave kurde du Khorassan" où ils parlent un kurmancî très pur, aux intonations chantantes et magnifiques. Les Kurdes n'y vivent cependant pas seuls, mais cohabitent avec des Turkmènes et le mélange de musique persane, turque et kurde est des plus réussi. Haj Qorban Suleyman est un bakhshi. A l'origine, il semble que cette profession ait été plus celle de chaman musiciens, venu avec les Mongols. Aujourd'hui cela désigne un narrateur (en kurde dengbêj) qui chante les destân (épopées) ou des pièces religieuse, voire mystiques, en s'accompagnant d'un dotar. La langue de ce ré…

Anthologie du renoncement

Dans l'Anthologie du renoncement de Bayhaqî, jolis hadiths prônant la remise des péchés aux vieillards (au rebours de l'indulgence plaidée aujourd'hui pour les "fautes de jeunesse"). Cette idée que quellles que soient les fautes d'un homme, passé un certain temps, même pour Dieu, il y a prescription.

"Dieu éloigne de tout homme qu'Il fait vivre dans l'Islam jsuqu'à quarante ans toutes sortes d'épreuves : la folie, l'éléphantiasis et la lèpre. Quand il atteint cinquante ans, Il allège pour lui la Reddition des Comptes. Quand il parvient jusqu'à soixante ans, Dieu lui accorde le repentir en échange de ce qu'Il aime ou Le satisfait. S'il a soixante-dix ans, Dieu et les habitants du ciel l'aiment. S'il arrive à quatre-vingts ans, Dieu accepte ses bonnes actions et passe sur ses mauvaises actions. S'il parvient à l'âge de quatre-vingt-dix ans, Dieu lui pardonne ses péchés ancients et ses péchés récents. Il est ap…

Sous les toits de Paris

Actuellement présenté au Festival de Locarno, le film de Hiner Saleem, Sous les toits de Paris, fait déjà l'objet d'une critique très élogieuse dans la blogosphère et dans la presse suisse. C'est sans doute pour des raisons de tournage que Michel Piccoli avait transformé la bibliothèque de l'Institut en loge pour se changer...

Le Cavalier turc et le lancier arabe

Où le nationalisme va se nicher quelque fois... Dans l'édition du Dîwan de Cizirî (Firat Yayinlari) le 11ème poème s'intitule fièrement : "Shehsuwarê Kurd" (soit le roi des cavaliers kurde). Car à un moment Nishanî, le Mollah de Djézîr, compare l'Aimée (ou Dieu c'est pareil) à un roi furieux, un héros saccageant la forteresse de son coeur. Et de le féliciter pour sa vaillance en le comparant aux plus vaillants guerriers du Shahnameh et de l'islam : "Rustem û Cemshîd û Xalîd, Hemze yan Shêrê Ali" Et puis vient le second hémistiche : "Aferîn ya Shehsuwarê Kurd û rimbazê Ereb !" Soit : "Bravo au roi des cavaliers kurde, bravo au lancier arabe !" Oui mais voilà : l'édition traduite et commentée par Hejar ne dit pas tout à fait la même chose... "Aferîn ya Shehsuwarê Turk û rimbazê Ereb !" Soit : "Bravo au roi des cavaliers turc, bravo au lancier arabe !" Quand j'ai vu ça j'ai éclaté de rire, ne doutant pas …

Cette semaine, coup de projo sur : Hesen derzî

Hesen Dersî est né à Bokan, au Kudistan d'Iran, en 1957. Il est orphelin de père très tôt. Dès l'enfance il est attiré par la musique. Le grand chanteur Hesen Zirek est pour lui un modèle et cela s'entend dans sa façon de chanter, curieusement "rétro". Il apprend aussi le violon avec Amir Minay et Reshid Faiznedjad. Entre 1979 et 1999 il est professeur en Iran. En 1991 le gouvernement iranien l'oblige à cesser ses activités artistiques. Il finit par quitter l'Iran. Il vit en Angleterre depuis 2004.

RSF : Action urgente

Parution : L'Irak en perspective

"Peut-on parler de l’Irak avec la distance critique consistant à taire sa colère de citoyen par rapport à l’horreur d’aujourd’hui et celle d’hier ? Celle d’aujourd’hui, alors qu’à un embargo de plus de dix ans et à une occupation aussi arrogante qu’imprudente fait désormais suite une violence multiforme détruisant la société irakienne dans ses fondements mêmes ? Et celle d’hier, car comment ne pas se souvenir que le régime renversé a laissé derrière lui un pays dévasté par les deux premières guerres du Golfe, ainsi qu’entre 500 000 et 800 000 victimes ? Pour réaliser ce numéro, nous avons fait le pari d’aller au-delà de cette histoire immédiate si douloureuse, pour tenter une mise en perspective susceptible d’éclairer les drames d’aujourd’hui par un retour sur divers aspects de l’histoire récente ou plus ancienne. Nous avons choisi de solliciter des auteurs d’horizons divers, irakiens et occidentaux, francophones et anglophones, en donnant la parole aussi bien à des universitaire…

TV, radio : musique géorgienne, Turquie, shath, Coran

TV

Samedi 4 août à 22h35 sur Arte :Comme un souffle de vie. La musique géorgienne. Musica. De Ruth Olshan, aLL., 2005.


Radio

Dimanche 5 août à 12h40 sur France Culture : La Mosaïque turque ou le fantasme d'une identité nationale menacée. Magazine de la rédaction, N. Amel.

Samedi 11 août à 23h05 syr France Culture : La Tradition du shath dans la mystique musulmane. Les Vivants et les dieux. Avec Leïli Anvar-Chenderoff (INALCO) et Pierre Lory (EPHE). Par M. Cazenave. rediff. 9/9/06.

Mercredi 15 août à 23h10 sur France Culture : L'Esprit du verset : Islam/Coran. Tentatives premières (3). Avec Youssef Seddik (EHESS) philosophe et anthropologue. Par O. Sebban.