Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2005

La Turquie malade de son lumpen-nationalisme

Nombre d'intellectuels ou de journalistes turcs ont une forte et lucide analyse des problèmes de leur pays (et dont par ailleurs il sont aussi victimes, car il ne fait pas bon trop gratouiller où ça fait mal en Turquie. Les attaques dont a fait l'objet le romancier Orhan Pamuk, pour avoir parlé de 30.000 morts kurdes et d'un million d'Arméniens victimes de ce même nationalisme en sont un exemple ) :

" Pour défendre la Turcité, définition officielle de la citoyenneté en Turquie, les autres ethnies ou les autres identités culturelles sont devenues ainsi "l'Autre". Cette insistance pour incorporer la kurdité à la turcité, au lieu de les unifier dans le cadre global de la citoyenneté, a créé ainsi deux nationalismes en conflit l'un et l'autre. Plutôt que de créer une synergie citoyenne, les nationalismes turc et kurde ont été deux lames que l'on a aiguisées l'une contre l'autre. Ces dernières années, le nationalisme turc s'est même…

destins KURDEs

destins KURDEs




Le Kurdistan (la terre des Kurdes) est divisé entre les États de la Turquie, de l’Irak, de l’Iran, de la Syrie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan. Les instruments de musique joués par les Kurdes sont aussi ceux des groupes ethniques voisins, comme les tambours def et dumbak, la clarinette balaban, le hautbois zurna ou le luth saz.

La seconde moitié du XXe siècle a connu une vaste diaspora kurde, vers l’Europe occidentale et, dans une moindre mesure, les États-Unis. Face à l’oppression policière et militaire subie par les populations kurdes de Turquie, d’Iran et d’Irak, les villageois isolés se sont tournés vers la radio et l’enregistrement pour écouter les bardes réciter, depuis l’étranger, les grandes épopées de leur histoire…


Programme


Vendredi 25 février à 20h

Chants de femmes, entre tradition et exil
Feleknaz Esmer (Turquie)
Hany Moujtahidy (Allemagne)
Tarif : 16€

Samedi 26 et dimanche 27 février à 15h

La tradition kurde en Iran
Enfants musiciens kurdes (Iran)
Tarif : 16€

Samed…

Télévision, radio

Bon, ça fait la énième fois qu'on le diffuse et le rediffuse, mais pour ceux qui n'auraient toujours pas vu ou qui voudraient reverser une larme sur "Zeugma, cité engloutie" : Samedi 26 sur ARTE à 20h40 et dimanche 27 à 14h :Les derniers jours de Zeugma, un documentaire de Thierry Ragobert 2000, ou comment le GAP (gros méga projet de barrages visant opportunément à noyer le Kurdistan sous les eaux, histoire d'éteindre aussi la Question kurde) a englouti au passage un site majeur de production de mosaïques antiques, aussi important que celui d'Antioche...

Mardi 1er mars, sur France Culture, à 22h30, dans Surpris par la nuit : Madhat Kakei, peintre kurde qui expose pour la première fois à la Galerie danoise.


Madhat Kakei

S,ivan à Diyarbakir ?

Il paraît que le président du DEHAP de Diyarbekir, Celalettin Birtane, souhaiterait inviter au Newroz les chanteurs S,ivan Perwer, Aram Tîgran, Irahim Tatlises et Sezen Aksu. Ce serait bien, S,ivan à Diyarbakir, les Kurdes de là-bas seront ravis, et puis pour ce chanteur, la scène de Diyarbakir, encadrée par le service d'ordre du DEHAP et la police turque, sera sans doute à l'abri de toute aggression des commandos du PKK, comme c'est systématiquement le cas en Europe. Ce serait bien du PKK ça, et de sa brillante défense de la démocratie et de la culture kurdes, de faire en sorte que la Turquie soit l'endroit le plus sûr pour les prestations d'un chanteur aussi connoté "bijî Kurdistan" que S,ivan...

Les Tortues volent aussi

Sortie du film aujourd'hui voir les séances icii


Télérama publie un court article sur Bahman Ghobadi, mais rien de plus que ce qu'on lit partout de lui en anglais sur le web, à croire qu'ils se sont contentés de traduire ses interviews dans la presse anglophone... Quant à la critique du film elle m'a fait un peu sourire : apparemment nos baroudeurs critiques parisiens savent mieux que les autres de quelle façon une mine anti-personnelle doit péter ou non... On aura peut-être quelque chose de plus intéressant dans l'émission de radio Cosmopolitaine, sur France Inter, dimanche 27 à 14h00, avec Bahman Ghobadi en invité (entre autres).
Par contre, des papiers en rafales dans le Figaro, Libé, Le Monde. Bien meilleurs et plus attentifs. Mon préféré est celui de Gérard Lefort. Ils sont tous consultables sur le site de l'Institut kurde.
(via KBU) Free Mojtaba and Arash, Iranian Bloggers.

"Les Kurdes, destin héroïque, destin tragique"

Dossier de presse

Autour de l'ouvrage

La conférence d'hier donnée à l'Institut kurde par l'ancien ambassadeur de France Bernard Dorin était assez intéressante pour que j'en note la majeure partie (n'étant pas un dictaphone, j'ai parfois abrégé certains développements, sans que le sens en soit modifié). Disons que pour les familiers de la Question kurde, cela n'apportera guère de révélations, mais le propos clair et synthétique peut être un début utile pour ceux qui voudraient un peu comprendre de quoi il s'agit. Il y a aussi de beaux accents émouvants de la part de quelqu'un qui aime vraiment les Kurdes, non en tant que victimes, mais pour leur énergie et leur courage, ce qui est rare en ces temps de sur-victimisation.

Notons aussi la présence, pour la première fois à 'lInstitut kurde, de l'ambassadeur d'Irak en France (un nouveau bien sûr, pas un homme de l'ancien régime) qui côtoyait ainsi Saywan Barzani, le représentant du Gouver…

Kurdes de Syrie : les suites du serhildan

En mars 2004, des milices armées par les baathistes syriens s'en prenaient lors d'un match de football à des supporters kurdes de la ville de Qamishlo. Mais les Kurdes avaient riposté avec une énergie qui avaient surpris tout le monde et les violences s'étaient alors propagées dans la plupart des villes kurdes. Devant l'ampleur du soulèvement, (serhildan en kurde), le gouvernement syrien avait paru reculer et Bashar el Assad avait tenté, dans un discours télévisé aux accents pluralistes pour le moins inhabituels, d'apaiser les esprits. Mais une fois le calme revenu, les Kurdes qui avaient été arrêtés n'ont pas tous été relâchés et d'autres arrestations ont suivi. Le 15 février 2005, un an plus tard donc, la Cour de sûreté de l'Etat a condamné quinze d'entre eux à des peines de prison allant de deux à trois ans pour "agressions contre les autorités" (le fait de ne pas se laisser abattre comme des moutons par les milices d'Etat étant c…

Le faisan d'or

Le Faisan d'or de Marat Sarulu. Beau film, beaucoup de charme, le noir et blanc (pour des raisons d'économie) convient bien à la mise en scène de la nature (forêt, steppe), en la magnifiant, un peu comme dans Rashomon. Le premier volet, celui des enfants est très naturaliste,on observe les jeux des enfants comme une nichée de louveteaux s'ébattant dans la forêt. Même jeu de caméra que dans les reportages de la BBC sur le thème "lionceaux dans la savane" : pas d'explication, de commentaires, on regarde les gamins se disputer, rire, s'échapper, suivre le rail, de temps à autre pause sur un oiseau, un arbre, un paysan kirghize, de façon aussi neutre, aussi égalitaire, et en même temps sans les raboter, au contraire, la forêt, le ciel est habitée d'un esprit, comme les feux du train, comme le train lui-même. C'est ça qui est bien avec la culture chamane, on n'a pas cet insupportable homocentrisme biblique ou même grec, qui met l'homme dans le …

Soirée cinéma : Art en exil

Art en exil
mercredi 16 février 2005 à 20h00au Cinéma La CLEF (centre culturel la CLEF)
21, rue La CLEF/ rue Daubenton 75005 ParisM° : Censier- Daubenton / Place Monge (ligne 7)
20h00 : Ni ici, ni là-bas : film de MARION LARY, cinéaste, a réalisé de nombreux documentaires de société pour la télévision et des courts et moyens métrage .(60 minutes, DV, France, 2004) Synopsis : " Depuis la fermeture de Sangatte en novembre 2002, un certain nombre d'exilés se sont repliés sur Paris. Le square Alban Satragne dans le 10ème arrondissement, près des gares de l'Est et du Nord, est devenu le quartier général de ceux qui espèrent partir vers l'Angleterre, la Suède ou l'Europe du Nordcomme de ceux qui demandent l'asile en France. C'est là que j'ai rencontré ces hommes venus d'Irak, d'Iran ou d'Afghanistan, c'est aussi là que j'ai rencontré des militants français et étrangers qui ont créé un collectif pour les soutenir. Pendant un an, je les ai s…

Sur la gentillesse des prophètes et leur self-control

"Il (Elisée) monta de là à Bethel ; et comme il cheminait à la montée, des petits garçons sortirent de la ville, et se moquèrent de lui. Ils lui disaient : Monte, chauve ! monte, chauve ! Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l'Eternel. Alors deux ours sortirent de la forêt, et déchirèrent quarante-deux de ces enfants."

II Rois, 2, 23-24.

L'avenir des chrétiens du nord de l'Irak...

... se jouera peut-être plus au Kurdistan qu'au "nord de l'Irak précisément ? Les Kurdes et les chrétiens de la région de S,êxan, actuellement hors de la région fédérale du Kurdistan puisque dépendant de Mossoul, ont demandé à être rattachés au gouvernement kurde. Les représentants des trois religions (yézidis, chrétiens, musulmans) et des laïques veulent créer une sous-préfecture (qeymaqam) indépendante, dans le qeza de S,êxan. Le sous-préfet du qeza le docteur Basel Coqî a déclaré qu’ils souhaitaient effectivement se détacher de la ville de Mossoul et du vilayet du nord-ouest de cette ville, pour être rattachés au Gouvernement Régional du Kurdistan.

Pourquoi cette grogne ? Eh bien lors des élections, les gens de S,êxan ont attendu toute la journée leur matériel de vote, bulletins, urnes, etc., en vain... Un regrettable « oubli » de Mossoul ? De plus, la pression se fait de plus en plus forte contre les chrétiens et les Kurdes de la région et de la ville, qui se plaignent…

Les Kurdes, destin héroïque, destin tragique

Conférence de Bernard Dorin donnée à l’Institut kurde en février 2005
"Je dois d'abord dire qu'en tant qu'ami inconditionnel des Kurdes, j'ai 3 patries (comme Joséphine Baker disait qu'elle avait deux amours, son pays et Paris) moi j'ai 3 patries, la France, le Québec et le Kurdistan.
Je voudrais aussi mentionner en préambule les élections récentes en Irak, élections qui pour la première fois ont été entièrement libres dans ce pays. Cet événement considérable avait déjà eu des retombées avant même son déroulement, puisqu'elles avaient amené les deux autorités qui se partagent la région à s'allier pour cette élection, et ce qui a permis aux Kurdes d'arriver numéro 2. Quand le conflit israélo-palestinien sera terminé - et il finira tôt ou tard - la Question kurde sera le grand problème à résoudre du Proche-Orient. Connaissant la sagesse et la modération kurde j'ai bon espoir que le problème kurde soit résolu dans les quatre pays (qui se partagen…

Les Tortues volent aussi

Hier, projection de presse du film de Bahman Ghobadi, qui sortira en France le 23 février. Depuis son premier long métrage, Un Temps pour l'ivresse des chevaux, quel progrès a fait ce cinéaste ! En effet, si son premier film était loin d'être mauvais, il avait un côté légèrement mélo, mettant en scène des enfants éplorés si gentils, si parfaits, qu'ils manquaient peut-être de profondeur psychologique, de nuances, un peu comme dans Les Enfants du ciel de Majid Majidi. Mais avec Les Chants du pays de ma mère, Bahman Ghobadi se haussait d'emblée au rang d'un très très bon cinéaste kurde. Comme je l'avais écrit alors, si son premier film aurait pu montrer la vie de n'importe quels enfants d'Iran, nonobstant la spécificité de cette contrebande frontalière, son deuxième film, par ce mélange tragi-comique entre scènes d'une drôlerie et d'une finesse d'observation impayables sur la société rurale kurde, alternant avec des moments extrêment dramatiqu…

Ainsi parlait Zarathoustra

"Les rapports avec les hommes gâtent le caractère, surtout quand on n'en a pas."


"Car les parcelles de bonheur qui sont encore en route entre le ciel et la terre se cherchent un asile dans les âmes de lumière."

Ainsi parlait Zarathoustra, III, De la béatitude involontaire, Nietzsche.


Et en vérité, apprendre à s'aimer, ce n'est point là un commandement pour aujourd'hui et pour demain. C'est au contraire de tous les arts le plus subtil, le plus rusé, le dernier et le plus patient."

Ainsi parlait Zarathoustra, III, De l'esprit de lourdeur, 2, Nietzsche.


"chez les dieux, la mort n'est toujours qu'un préjugé."

Nietzsche,Ainsi parlait Zarathoustra, IV, l'âne.



Tumai, Lucy, Mahomet, et les Turcs...

L'ancien ministre turc de la Culture Namik Kemal Zeybek est une grande pointure intellectuelle,il n'y a pas à dire. Moi j'espère qu'on en aura encore beaucoup des comme ça, car une fois entrés dans l'UE ils distrairont les autres pays membres de la sinistrose que génèrent tous les autres politiciens...

Lors d'une conférence intitulée “Le Nouvel Ordre du monde et la Turquie", Namik Kemal Zeybek a ainsi déclaré que "Mumhammad le Prophète était Turc". Voilà qui va contribuer à rendre les Turcs davantage populaires au Moyen-Orient, et surtout en Irak où ils brûlent d'intervenir, paraît-il... Mais bon, il veut bien nous expliquer tout ça, à nous autres, ignares, parce que le monde entier ne semble pas se rendre compte que "la nation la plus importante dans le monde durant ces huit derniers millénaires ce sont les Turcs et que les Turcs ont enseigné la civilisation à l'humanité".

Et là la secte de Raël se fâche parce que tout le monde s…