Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2005

Radio : Géorgiens,

Les Géorgiens sont les voisins des Kurdes, peut-être même de lointains cousins selon Minorsky. De plus, beaucoup de Kurdes, principalement yézidis, vivent en Géorgie. La musique géorgienne est-elle proche ou lointaine des chants kurdes ? Pour le savoir et goûter les ressemblances et les différences, vous pouvez écouter l'émission Equinoxe, en ligne sur le site de France-Culture.

Les Araméens et Reportage dans la communauté chaldéenne de Sarcelles par Jérôme Sandlarz, soit les chrétiens vivant au Kurdistan, autrement appelé "Assyro-chaldéens".


Exposition calligraphie

A lire et à voir

Sur OFK news, le récit d'un vaillant électeur kurde parti du sud de la France pour voter à Utrecht, feuilleton en plusieurs épisodes, avec suspens...

et sur l'excellent site azady, une petite vidéo prise sur les mêmes lieux, qui montre la formidable cohésion des peuples "irakiens entre eux", entre compétition de drapeaux turkmène, kurde, arabe...

Qui a dit ça ?

"Il n'est pas imaginable de concevoir un conflit où le peuple kurde serait la partie adverse."

"Pour ce qui est des Kurdes, du peuple kurde, il doit être assuré... que nous sommes soucieux de son avenir tout autant que lui, soucieux de son avenir, de sa sécurité, de sa stabilité, soucieux qu'il prenne sa place pour participer à la construction de la société irakienne."

Georges Bush ? Al Jaffari ? Un leader sunnite pénétré de fraternité kurdo-arabe ?

Non, seulement Saddam Hussein, en 1973, lors des discussions du projet de loi d'autonomie pour le Kurdistan... avant que tout échoue sur la question de Kirkuk.

Faut-il y voir une des raisons pour lesquelles les Kurdes devraient se méfier dès qu'un autre peuple prétend se soucier de son futur ?

Annonce

Le Festival du Cinéma iranien en Exil cherche des films portant un message sur les questions suivantes:

IMMIGRATION
EXIL
RACISME
LES FEMMES ET LES DISCRIMINATIONS
CENSURE ?
Ce Festival est ouvert aux cinéastes de tous horizons et toutes nationalités confondus, vivant loin de leur pays d'origine et qui tentent d'exprimer par leur art, leur désarroi, leurs questionnements, leur quête d'identité et leur vision du monde .
Formats acceptés : tous
Non compétitif
Limite d'envoi des cassettes : 16 janvier 2006
Les cinéastes sont défrayés dans la mesure du possible.

Quatrième Rencontre parisienne du Festival Cinéma iranien en Exil
06 - 12 mars 2006
Cinéma La CLEF (Centre culturel la CLEF)
21, rue La Clef/ rue Daubenton 75005 Paris
M° Censier- Daubenton / Place Monge (ligne 7)
Infos et inscription:
Association Art En Exil

La Question kurde en Syrie

Jeudi 1er décembre a eu lieu à l'Assemblée nationale une conférence internationale sur les Kurdes de Syrie. Jusqu'ici, plusieurs de ces conférences avaient été organisées sur la Question kurde au Moyen-Orient, mais étaient essentiellement consacrées aux deux "gros morceaux" du Kurdistan, celui de Turquie et d'Irak. C'est à ma connaissance, la première fois qu'un débat de cette ampleur était exclusivement porté sur les quelques 2 millions de Kurdes qui vivent en Syrie, et qui, malgré leur nombre minime (si on les compare à leurs compatriotes des autres Etats voisins), sont travaillés doublement par deux problèmes politiques : la situation des Kurdes en général au Moyen-Orient, et la situation et les problèmes spécifiques rencontrés par les Kurdes vivant en Syrie.

De par leur nombre réduit et leur territorialisation fragmentée en Syrie, Les Kurdes syriens n'ont jamais émis de revendications séparatistes. Ils ont cependant soutenu et relayé la cause des a…

Radio : Saddam

Le dimanche 18 décembre, dans l'émission A la rencontre du monde musulman, sur la radio JudaïqueFM, Françoise Brié présentera :



Anfal

Hathra, 80 km au S.O de Mossoul




"Mais s'agissait-il de prendre soin d'eux ? Non, je les enterrerai avec des bulldozers." (Enregistrement sur cassette d'Ali Hassan al-Madjid, Réunion du Bureau Nord, peut-être 21 ou 22 janvier 1989).


"Le 25 septembre 1990, l'honorable directeur a émis la directive suivante : la phrase "Nous n'avons aucune information sur leur sort" va remplacer la phrase "Ils ont été arrêtés pendant la victorieuse campagne d'Anfal et gardés en détention."

"Des membres du Jash ayant de la sympathie pour la tribu de Salim ont essayé de soudoyer les soldats en leur offrant 1000 dinars pour libérer chaque enfant. "Il est trop tard, ont répondu les soldats ; on avait déjà mis les enfants dans les camions."



La dame en pourpre



"Je pleure quand je vois un spectacle ou un film tragiques. Un jour, j'ai pleuré en voyant, dans un film, une femme perdue et sans famille. Mais j'aimerais dire que j'a…

Exposition Génocide arménien

Du 3 au 9 décembre de 10h à 19h Mairie de Clamart
Salle du Conseil (Hôtel de Ville)

Place Maurice Gunsbourg
91140 Clamart
www.clamart.fr
Vernissage ouvert à tous : samedi 3 décembre à 11h, en présence du maire et de nombreuses personnalités.

"La mairie vous propose une exposition d'exception sur le génocide arménien, reproduction de celle du musée du souvenir du génocide arménien à Erevan, présentée pour la première fois en France. La date anniversaire de ce drame contemporain - le 24 avril 1915 - est devenue un symbole d'identité nationale pour tous les Arméniens. La communauté arménienne clamartoise organise deux fois par an, le 24 avril et le 1er novembre, un hommage aux victimes du génocide au Khatchkar. Ce drame n'est toujours pas reconnu par le gouvernement turc et reste une source de conflits importante entre les deux états.

Histoire du génocide Le génocide arménien est le premier du XXe siècle. Après les massacres de 300 00…

Expo photo

Après un exil de près de vingt ans, le photographe revient au pays natal, Sanandaj. Remontant au lointain moyen âge, Sanandaj apparaît comme la plus grande agglomération kurde d'Iran.


Exposition de photographies de
Hamid Azmoun

SANANDAJ, portrait d?une ville kurde

19 novembre - 4 décembre 2005
vernissage : 18 novembre 2005 18h - 21h
le verre à pied
118bis, rue Mouffetard, 75005 - Paris
M° Centier-Daubenton
contact : hazmoun@yahoo.fr. Tél. : 06 63 32 90 11

Et toc

Dans la presse turque, des éditorialistes ont demandé, selon M. A. Birand, du TDN, que puisque les Européens n'arrêtent pas d'envoyer des délégations d'observation en Turquie, à chaque émeute ou problème, pourquoi la Turquie n'en profiterait pas pour envoyer des délégations turques en France, quand une banlieue brûle, hein ?

Cela dit, il faut le reconnaître, mis à part les 2 morts accidentelles qui ont mis le feu aux poudres (enfin aux voitures) et les deux morts passés à tabac par les émeutiers non par la police, nos manifs à nous font moins de victimes qu'à Hakkari. Amatör, les Français.

Cinéma

Samedi 26 novembre 2005 à 20h30 le Centre culturel Guy Toffeleti de la ville de Bagnolet présente :

Une projection -débat
En présence du réalisateur :

Iran : résistance d'un peuple opprimé
Un film de Jamshid GOLMAKANI

Cette enquête a pour point de départune série d'assassinats d'intellectuels en automne 1998 à Téhéran. La population se révolte. Un mois plus tard, pour la première fois, le Ministère iranien de l'Information et de la Sécurité avoue sa responsabilité. L'enquête décrit les tactiques employées par les autorités iraniennes pour que les commanditaires ne soient pas nommés : les Ayatollahs au pouvoir, qui ont lancé "la Fatwa" à mort à l'encontre des intellectuels-opposants. Les familles des victimes continuent leur combat pour mener les commanditaires devant une justice indépendante et compétente.

Sélection Festival International du Film des Droits de l'Homme de Paris / Festival International du Film d'Histoire-Pessac / Fipatel-Biarritz

Ce…

Le Livre noir de Saddam Hussein, présentation et conférence

Samedi 12, a eu lieu à l'Institut la présentation du Livre noir de Saddam Hussein, ouvrage collectif écrit sous la direction de Chris Kutschera, qui se veut un livre de référence et un bilan, qui servira aussi de réquisitoire contre les 35 ans de règne du dictateur le plus sanglant du Moyen-Orient, ainsi qu'une analyse des raisons qui ont fait que tous les pays occidentaux, ainsi que les pays arabes et bien d'autres, ont soutenu un gouvernement totalitaire qui a fait 2 millions de victimes.

Il ne s'agit pas seulement de traiter des victimes kurdes, mais de toutes les victimes irakiennes et même iraniennes et koweitiennes, puisqu'à deux reprises Saddam Hussein s'est lancé dans une guerre d'agression et d'invasion contre un Etat voisin. Il faut aussi mettre en lumière le caractère particulièrement brutal du régime de Saddam, même comparé aux autres dictatures du Moyen-Orient, et ceci afin d'éviter toute tendance "comparatiste" hélas très en v…

Prostitution biblique

Alors que la la loi juive fut si sévère pour l'adultère, l'ancien testament offre de curieux cas où pour sauver sa peau, un homme n'hésite pas à prostituer sa femme ou à livrer une concubine à un viol collectif. C'est le cas d'Abraham, qui par deux fois, une fois chez Pharaon une autre chez un roi de Palestine, se fait passer pour le frère de Sarah (alors qu'il n'est que son demi-frère et époux), par peur que la convoitise qu'elle va susciter ne lui coûte la vie. Par conséquent, Pharaon passe un agréable moment avec Sarah avant de découvrir la vérité (via une maladie malencontreuse, qui est en fait une punition divine pour l'adultère commis) et le roi paslestinien manque de faire pareil et tous deux de le reprocher ensuite à Abraham, qui récupère ainsi quelques cadeaux et compensations en dédommagement de "l'outrage" qu'on lui a fait.
Dans Juges, 19-20, un lévite a une concubine infidèle qui le plaque et retourne chez son père. Il v…

Rushdie et Pamuk = Loups gris vs Nacery

Orhan Pamuk a reçu le prix Médicis étranger pour son roman Neige. Bon j'aime bien Pamuk mais nul doute que ce choix n'est pas innocent, les intellos et écrivains français défiant bravement la Turquie et ses persécutions d'écrivains voix de la liberté. Après tout, Orhan Pamuk a vraiment été menacé de mort par des nationalistes à la con, sera jugé le 16 décembre, et risque un autre procès pour insulte à l'armée.

Bon. Nul doute que ça ne redore pas l'image de la Turquie, éternelle candidate à l'UE.

N'empêche que sur une télévision publique, Salman Rushdie se fait menacer de mort par un petit acteur de merde, dont le fascisme vert vaut bien celui des Loups gris, et qui face à Rushdie n'a que le mérite de s'être illustré dans trois navets. Du coup, on se demande si la France est bien mûre pour rester dans l'UE.

Il paraît que Rushdie s'est juré de ne plus revenir sur un plateau de télévision française. Il a bien raison, là pour le coup, j'ai vrai…

Conférence-signature

Table ronde

Vendredi 4 novembre 2005, EHESS-IISMM, salle Maurice et Denys Lombard :

Poésies des suds et des orients II : l'orient entre subversion et renouvellement



Voici le programme pour la poésie kurde, le programme complet étant lisible là.


12h00 Table ronde Poésie kurde
Modérateur : Hamit Bozarslan, EHESS
- Poésie populaire, mémoire et histoire chez les Kurdes,
Christine Allison, INALCO
- La poésie kurde, une constante interrogation sur soi,
Halkawt Hakim, INALCO
- Lecture de poèmes,
Seyhmus Dagtekin


EHESS-IISMM
96 bd Raspail - 75006 Paris
Tél. 01.53.63.56.00 fax 01.53.63.56.10
iismm@ehess.fr - http://iismm.ehess.fr/
Métro Saint-Placide ou Notre Dame des Champs

Those tricky Jews

Trouvé via PolitiqueArabedelaFrance, ça m'a bien fait marrer.

Concert

Les animaux brûlaient aussi

"Notre village est un grand village de 200 maisons, aussi un poste de sécurité y a été installé. C'était au milieu de juin en 1993. Parce qu'il fait très chaud en été, mon père et mes frères étaient sur le toit. Soudain, il y a eu une explosion. D'abord, nous n'avons pas compris ce qui arrivait. Les gens couraient dans tous les sens. Nous avons regardé par la fenêtre. Quelqu'un dans la rue nous a dit de rentrer à l'intérieur. Les soldats ont tiré en direction du village. Nous ne savions pas où était mon père. Ma mère a entendu crier que mon oncle avait été touché. Je suppose que mon père a dû aller le chercher. Jusqu'au matin nous sommes restées sous le lit. Les tirs ont continué. Au matin les soldats nous ont tous emmené sur la place du village. C'est là que ma mère a vu le corps de mon père. Ils nous ont dit de quitter le village. Ils ont tout brûlé en criant que nous aidions les terroristes. Nous avons appris plus tard que des hommes du village …

Orhan Pamuk

Orhan Pamuk a reçu aujourd'hui le Prix de la paix des libraires allemands. C'est très bien, d'abord parce que c'est un des meilleurs écrivains du moment et les Européens qui voudraient vraiment avoir une juste image de la Turquie, telle qu'elle est, avec ses merveilles et ses contradictions irritantes, devraient commencer par le lire. De plus, c'est encore un pied de nez aux neuneus nationalistes qui le poursuivent de leur hire depuis qu'il a osé prononcer quelques phrases brulots :- "Trente mille Kurdes et un million d'Arméniens ont été tués en Turquie. Presque personne n'ose en parler, à part moi, et les nationalistes me haïssent pour cela".

Haine de soi ? Autoflahellation ? Pas du tout. Dans tous les livres de Pamuk rayonne un indicible amour de la Turquie, mais la vraie, celle des gens ordinaires, pas les images factices plaquées dans les livres d'écoles ou les rodomontades bellicistes des casernes et des commissariats.
-Quand on ess…

Où l'on voit que Saddam n'avait même pas l'esprit inventif

Belle lettre de Sheikh Sayyid Riza sur la révolte du Dersim. Le pauvre avait essayé d'ameuter l'opinion publique, la SDN, les ministères européens. Rien n'a servi, puisqu'en 1937-1938, la population dersimi a eu son anfal... enfin comme on disait déjà, Ne Mutlu Türküm Diyene... (Comme je suis heureux d'être Turc).

Cela rappelle aussi que ces cheikhs, Sayyid Riza, les Bedir Khans, loin d'être les féodaux abrutis que les Kémalistes se sont complus à présenter, parlaient très bien français, comme toutes les élites ottomanes...

(Fonds Pierre Rondot, IKP)

UP Conférence sur Hasankeyf

photo roxane

Samedi 1er octobre à 16h

conférence avec projection de diapositives
à l'Institut kurde de Paris

(106 rue Lafayette, M° Poissonnière)




Le sujet ? Hasankeyf, son histoire, ses princes, ses complots, ses conquêtes, ses monuments passés en revue et en détail, etc.

Dans la série on peut rêver....

Un journaliste qui cherche à contacter des "intellectuels" Loup Gris en France ne doute déjà de rien ! ça doit se trouver plus facilement dans les asso sportives. Mais qu'il vienne en plus demander des noms et des adresses à l'Institut kurde, comme si on prenait le thé ensemble tous les jours, ça laisse pantois. Enfin on est gentil, on aurait pu l'envoyer chez les Arméniens...


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Génocide arménien

Pour ceux qui de bonne foi estiment encore qu'il y a eu massacre des Arméniens mais pas génocide d'Etat, une émission dans les Lundi de l'histoire pour égrener les faits gênants, sur France Cul, avec des intervenants très posés, très informés et objectifs et pas du tout anti-Ottomans, dont Hamit Bozarslan, c'est vous dire.

Réécoutable toute la semaine.

UP : Expo photo

Hasankeyf joyau de Haute-Mésopotamie



Samedi 24 septembre
à 19 heures
Vernissage de l'exposition photographique de

Roxane, José Bertolino, Abdo
Après la submersion dramatique du site antique de Zeugma, Hasankeyf est à son tour condamnée par le projet de construction d'un barrage. Or, cette ville est elle aussi d'une importance majeure pour le patrimoine de Haute - Mésopotamie. En effet, en plus d'abriter dans ses grottes un village troglodyte habité sans discontinuité depuis des millénaires, Hasankeyf fut la capitale somptueuse de l'ultime branche de la dynastie des Ayyoubides de Saladin. Les photographies de Roxane, de José Bertolino et d'Abdo montrent la beauté exceptionnelle de ce site au bord du Tigre. Une conférence de Sandrine Alexie et des projections de diapositives le samedi 1er octobre expliqueront l'intérêt historique particulier de la ville.

L'exposition est ouverte au public du 26 septembre au 9 octobre 2005, du lundi au samedi de 14h00 à 19h00. …

Démocratie

On était en mars et c'était pourtant l'hiver encore, un des plus froids que j'ai connu. Dans ce trou du cul du monde à la frontière iranienne. Dans la ville, des congères d'un mètre de neige, et l'hôtel sans chauffage, avec un lavabo minuscule dans la chambre, et son filet d'eau glacé, qui allait nous dissuader de nous laver. Ce qui fait qu'entre garde à vue à l'hôtel, arrestation, expulsion, pendant 4 jours, on promènerait nos cheveux gras et nos fringues froissées et sales, de vrais clodos.

Dans leur bureau, aussi glacé qu'à l'extérieur, plus encore, un seul poêle avec une chaleur quasi-inexistante. Je garde mon anorak et fourre mes mains dans mes poches en frissonnant. Autour, les militants, pas mal d'anciens combattants, ça se voit tout de suite, en blouson et chaussures de montagne, décontractés. On boit du thé bouillant, morceau de sucre dur entre les dents (bonjour les carries dentaires, ai-je pensé).

C'est alors qu'il est ent…