Articles

Affichage des articles du mai, 2004
Lors du 2ème Salon du livre kurde organisé à Cologne par la Fédération des Associations du Kurdistan (KOMKAR), un gang du PKK a attaqué et grièvement blessé l'écrivain et homme politique kurde Shukru Gulmush, car dans son site www.nasname.com il avait osé critiquer la politique d'Öcalan.


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Mais bon, espérons...

Cela dit c'est le même Abdullah Gul qui a pressé la Turquie d'accepter la diffusion d'émissions télévisées en langue kurde et de permettre l'ouverture d'écoles de cette même langue. Et cela se fera, pour la simple raison que si la Turquie veut adhérer aux critères de Copenhague, elle doit donner des droits régionaux et culturels aux Kurdes.

Donc si la Turquie recevait une réponse claire et ferme concernant sa candidature, à savoir "Donnez à vos Kurdes et à vos Assyriens les mêmes droits que n'importe quel citoyen européen et vous rentrerez", cela serait un marché idéal pour les Kurdes. Car les Turcs seraient prêts à tout si on leur faisait une proposition sérieuse.

Réponse du berger à la bergère

Protestant contre les agissements d'Israel en Palestine, Abdullah Gul, le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré qu'il pourrait ouvrir une ambassade en Palestine.

Répondant du tac au tac Israël a laissé entendre qu'il pourrait ouvrir une ambassade au Kurdistan ...

Avant tout : mais qu'ils le fassent ! :)))

deuxièmement: Il est certain que ce parallèle fait entre les "territoires occupés de Palestine" et les "territoires occupés du Kurdistan" va vexer gravement la Turquie. Après tout, comme le disait Victor Hugo : "L'Angleterre qui reproche à la russie sa Pologne, ne voit pas l'Irlande qu'elle a dans l'oeil..."

Rien de nouveau sous le soleil kurde

Quand les administrateurs britanniques voulurent créer un "Iraq" imaginaire et idéal, ils placèrent un Arabe sunnite sur le trône, en essayant de fonder une monarchie bienveillante et tolérante, à l'image de leur propre gouvernement.

La monarchie irakienne fut un échec.

Il semble que les administrateurs américains soutiennent l'idée d'un "Irak" imaginaire et idéal, comme un Etat Unis sous la bannière duquel toutes les communautés devraient se dire avant tout "irakiennes" comme aux US l'on se dit Américain, avant d'être noir, hispanique ou WASP.

Il est probable que ce sera aussi un échec.

En ce qui concerne la répugnance des Kurdes à désarmer leur peshmergas, et leur insistance à obtenir le poste de président ou de Premier ministre, il faut savoir que dès son origine, la république irakienne fut un appareil génocidaire envers les Kurdes et pas seulement le régime baathiste. Sous le gouvernement du général Aref pendant la guerre de 1967, i…

Des frontières glissantes

Je ne sais pas si les journalistes le font exprès ou si c'est inconscient, mais lorsqu'ils discutent de l'appartenance de Kirkouk ou de Mossoul au Kurdistan, ces villes sont toujours décrites "ethniquement très mélangées" , (donc pas vraiment kurdes, quoi, on va pas vous faire un dessin). Mais quand des responsables irakiens ou kurdes ou des étrangers se font tuer dans ces mêmes villes, la même presse parle de "meurtres dans le nord de l'Irak, région à majorité kurde." (histoire d'essayer de nous faire croire que même les Kurdes sont hostiles au CPA et au CIG ?)

Conférence sur les Kurdes de Syrie

Demain, 18 mai, conférence à Londres sur les Kurdes de Syrie.

Tous les détails ici

Le show-biz, cet univers impitoyable (suite)

Dans un entretien avec un de ses avocats,Öcalan reprocherait à l'Humanité de n'avoir pas encore reçu le Nobel. Et à cela, il a trouvé une explication très pertinente. C'est un complot. Certaines personnes (mais il n'a pas dit qui) "veulent le tuer et mettre à sa place comme présidente des Kurdes Leyla Zana" (parce qu'Öcalan croit toujours qu'il est président de tous les Kurdes, j'imagine). Bien qu'il pense que Leyla Zana soit très fidèle (et nous n'en doutons pas non plus) il est clair pour lui que des gens veulent donner ce prix à Leyla Zana "malgré tout ce que j'ai fait en faveur de la paix, ils n'ont pas eu un mot pour moi. Ils veulent me tuer. Ils veulent faire d'elle la présidente des Kurdes."

Source Amude


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Le show bizz, cet univers impitoyable

Leyla Zana a écrit une lettre à la députée allemande Claudia Roth dans laquelle où elle lui reproche de "faire son show". Il y a quelques temps en effet, Claudia Roth s'était rendue en Turquie et avait demandé à la rencontrer. La Turquie le lui ayant refusé, elle avait déposé des fleurs devant la porte de la prison. Mais voilà, ce geste ne fut pas du goût de Leyla Zana, qui a accusé donc Claudia Roth de "faire son show".

Déjà Leyla Zana avait dans une autre lettre protesté contre les odieuses prétentions de William Schultz à s'occuper des droits de l'Homme en Turquie, en tant que représentant d'Amnesty International. Et un an et demi auparavant, elle avait demandé au Parlement européen d'aider économiquement la Turquie (au lieu de venir l'embêter avec les critères de Copenhague et les droits de l'Homme) et d'arrêter ses "provocations" contre ce pays.

Avec tout ça Abdullah Ocalan râle quand même et dans un entretien avec un …

Omar Khayyam

En raison de son oeuvre poétique, on se représente souvent Omar Khayyam sous les traits d'un épicurien souriant, un brin alangui. Beïhaqî, qui l'a connu enfant, le décrit comme "un homme nerveux, de manières brusques et de mauvais caractère".

Torture-stars

Même dans son thriller les Racines du mal, Maurice Dantec n'a pas songé à quel point les guerres pouvaient être une inépuisable source de snuff-movies, des snuff presque légaux, en somme.

Torture-stars in Iraq

Even in his thriller "Roots of Evil", Maurice Dantec did not think to this : that wars could become the hugest company of snuff-movies, almost legal snuff-movies.

Avec de tels "amis" les Kurdes peuvent se passer d'ennemis.

Toujours aussi attaché à défendre la culture kurde où quelle se produise, un gang du PKK a attaqué les chanteurs kurdes Sivan Perwer et Evîna Welat, qui donnaient à Athènes un concert de soutien aux Kurdes de Syrie.


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Vous avez dit nationalisme ?

Des familles kurdes, après avoir été chassées de leur pays par Saddam Hussein et contraintes de s'installer à Fallujah s'enfuient à nouveau, menacées à présent par les milices arabes qui les accusent de trahison et de collaboration avec les US. (Source Kurdmedia)

Et donc ces Kurdes sont retournées au Kurdistan, principalement à Kirkouk ou Arbil (et après ça les Arabes et les Tukmènes vont accuser les Kurdes de modifier sciemment les proportions démographiques de la région, lol...).

Mais le plus important, au-delà des souffrances particulières de cette population, ets que, peut-être pour la premirèe fois dans l'Histoire, des réfugiés kurdes peuvent gagner une terre où ils ne seront pas apatrides, ou citoyens de seconde zone, mais pleinement Kurdes, dans un Kurdistan libre et pacifié. Il est de bon ton aujourd'hui de décrier le nationalisme, mais le nationalisme sert aussi à ça : construire un espace territorial et politique où chaque Kurdes, d'où qu'il soit, puis…

"L'Etat irakien fait partie intégrante de la nation arabe"

C'était l'article 2 de la Constitution provisoire irakienne de 1958 et qui se maintint par la suite. C'est d'ailleurs la question de cet article qui amorça entre autres la future révolution kurde de 1967.

En 1960 en effet se tint à Bagdad le Congrès de l'Union Internationale des Etudiants. Bien qu'on lui eut refusé un visa, Ismet Chérif Vanly, alors étudiant en Europe, réussit à gagner l'Irak au sein des délégations. Lorsqu'il prit la parole, il provoqua un tollé dans la délégation irakienne en discutant précisément cet article :

"J'ai dit que cela ne peut être juste, puisque en Irak se trouvent côte à côte deux fractions de nations : une fraction de la nation kurde et une partie de la nation arabe ; et si l'Irak arabe fait partie de la nation arabe, l'Irak kurde fait partie de la nation kurde. La délégation irakienne s'est tout de suite levée et a pris la parole, essayant de réfuter ce que j'avais dit, et déclarant que ces deux a…

Une nouvelle donne en Syrie ?

Infléchissement pas si surprenant que ça dans la politique de répression syrienne envers les Kurdes : le président Bachar al-Assad a ainsi déclaré, s'opposant au vice-président Abdel Halim Khaddam, que le serhildan kurde n'émanait pas d'éléments étrangers (les Kurdes d'Irak, au hasard ?), reconnaissant donc par là implicitement qu'il y a bien un problème kurde en Syrie, et même affirmant encore plus explicitement que la question de la nationalité des Kurdes de Djézireh officiellement apatride devait être réglée en ajoutant même : "Les Kurdes sont des citoyens syriens qui vivent parmi nous, et le nationalisme kurde fait partie de l'histoire de la Syrie", a-t-il assuré. (al Jazirah).

Pourquoi ce subit revirement ? C'est qu'il y a toujours eu en Syrie, et même à l'intérieur d'un mouvement nationaliste pro-arabe comme le Baath, un clivage entre la majorité arabe sunnite et les autres minorités arabes non sunnites (Alaouites, Ismaéliens, dr…