Articles

Affichage des articles du mars, 2003
Il paraît qu'à Bagdad on brûle pas mal d'archives, en prévision de la prise de la ville, mais qu'on en a vendues aussi à Poutine, que les diplomates russes ont fait parvenir dans leurs valises. Il parait que les Américains ne sont pas contents. Evidemment, de belles preuves s'envolent, sans doute... Quant aux archives iraqiennes concernant les Français, brûlées ou vendues ? that is the question.
CD

Sortie du CD "Memê Alan", par Musique du Kurdistan.
Un peu d'avance

Premier attentat à Nadjaf. La guerre n'est même pas terminé que l'après-guerre commence déjà.
J'ai dit assez de mal sur les Turcs ces derniers temps, mais il ne faut oublier qu'en Turquie il y a des gens de grand bon sens, et que 70 ans d'écart peuvent séparer un éditorialiste turc d'un général décidé à camper sur Kirkouk.
Extrait

BUCAREST (Reuters) - "La Société transylvanienne de Dracula maintiendra son congrès mondial en mai dans les Carpates, malgré la guerre en Irak."

Soulagement.
Oui je sais je ne suis pas la seule à la publier, en fait, tout le web world se tient les côtes, mais je ne résiste pas à la publier tellement elle m'éclate (et puis pauvres tommies...) :

“Umm Qasr is a town similar to Southampton”, UK Defence Minister Geoff Hoon told the House of Commons yesterday. “He’s either never been to Southampton, or he’s never been to Umm Qasr”, said one British soldier, informed of this while on patrol in Umm Qasr. Another added: “There’s no beer, no prostitutes, and people are shooting at us. It’s more like Portsmouth.”
Aujourd'hui que l'on déplore "les horreurs de la guerre" en parlant de plus de 500 morts, on ferait mieux de lire ça.
La langue kurde est imagée, très, imaginative même. Ainsi pour dire "notable, ancien" : rîspî. Barbeblanche, on dirait un personnage de Tolkien. On dit aussi "destgirtî" ou "main fermée" pour dire "avare, et naturellement "destvekirî" ou "main ouverte" pour indiquer la générosité.

Du masculin et du féminin : sont masculins les objets et les choses dressées, allongées, pointues; féminins les objets plats, creux, arrondis. La grammaire de Bedir Khan et Lescot (ed. Maisonneuve) donne ainsi comme exemple : "zinar", falaise, masc. "Lat", rocher plat, féminin. Souvent le cru est masculin, le cuit féminin. Ainsi le blé cru "savar" est masculin. Si on l'emploie au féminin, il est cuit. Par extension : "dar", au masculin, c'est l'arbre. Quand l'arbre est débité en bois de chauffage et voué à être brûlé, donc, il s'appelle toujours "dar" mais est féminin, pré-cuit.
Radio

France-Culture

Du lundi 31 mars au jeudi 3 avril à 6h00 : Eloge du savoir, conférence de Jean Kellens : Langues et religions indo-iranienne.

Du lundi 31 mars au vendredi 4 avril à 13h38 : Les chemins de la connaissance : Histoire du Kurdistan (J. Munier).
TV

Samedi 29 mars, à 0h05, sur ARTE : Absolitude, un film de Hiner Saleem (2001).

Mardi 1er avril, à 21h40, sur MATCH TV - Match Magazine : Irak : chemin de croix au Kurdistan (Marc de Banvilee).
Il paraît que les Kurdes se préparent à la bataille de Mossoul. Je n'ai qu'une requête : ne m'abimez pas la Nourriya, depuis le temps que je veux aller la voir, au moment où ça va être possible, ne la foutez pas par terre, le minaret penche déjà assez comme ça.
Dans la grammaire kurde élaborée par Djeladet Bedir Khan et Roger Lescot, il est indiqué que "kîr" en kurmandjî désigne le sexe masculin et "kêr", c'est le couteau. Mais qu'en soranî, eh bien, c'est exactement l'inverse. On imagine les quiproquos à table... "Passe-moi ton kêr". "Mon quoi ?" Si un jour ils veulent unifier les deux dialectes il va falloir trancher... avec le kêr ou le kîr, au choix.

Dans Le Monde daté de demain, Danielle Mitterrand s'adresse à ses "chers amis kurdes d'Irak", en doutant du bien-fondé de la sincérité du soutien américain. Comme si les Kurdes avaient le choix !

"Quel engagement avez-vous obtenu de vos "protecteurs" anglo-américains" sur le futur statut de la région? "Vous estimez avoir une chance de vous débarrasser de la dictature sanguinaire de Saddam Hussein en accueillant à bras ouverts les 'libérateurs' américains". Mais "pouvez-vous faire confiance à un pays, les Etats-Unis, qui vous a trahis tragiquement deux fois, en 1975 et en 1991?" "A votre place, je me méfierais", conseille-t-elle. (Source AFP).

C'est gentil de jouer Madame-les-bons-conseils, mais jusqu'ici ce n'est pas le soutien délirant de la gauche française qui a pu rassurer aussi les Kurdes d'Irak. Depuis la création de la zone autonome, jamais les Kurdes n'ont pu obtenir une reconnaissanc…
Image
Selon un envoyé du Sunday Telegraph, les soldats turcs qui se sont déployés 20 km à l'intérieur de l'Irak, ne sont pas à l'aise du tout. Ils semblent même plus stressés que les Kurdes qui les surveillent. C'était prévisible. Des opérations de "nettoyage" intérieur, sans le regard d'aucun journaliste, et dans son propre pays, ça l'armée turque sait faire : c'est de la dure répression policière, mais ce n'est pas de la guerre. Mais agir en territoire étranger, sans avoir franchement la consigne de se battre tout en craignant soi-même, c'est autre chose.

"Côté turc, les soldats étaient sur les nerfs. C'est interdit, a déclaré un soldat turc au correspondant du Sunday Telegraph. "Retirez-vous, vous n'avez rien vu". Peu après, un officier turc menaçait le journaliste de le faire arrêter s'il ne quittait pas immédiatement les lieux. "Si vous restez ici, vous aurez des problèmes", a-t-il dit . Quelqu'un vie…
]

La France aurait proposé à la Turquie (vous avez bien lu) d'envoyer des combinaisons de protection contre d'éventuelles attaques chimiques ou bactériologiques irakiennes.

C'est vraiment gentil. On se demande pourquoi les Kurdes d'Irak en auraient eu besoin, effectivement. Depuis le temps, ils ont dû développer des résistances immunitaires. Mais les Turcs ? Est-ce qu'on a entendu parler jusqu'ici d'avancée militaire irakienne fulgurante prête à larguer plein de vilaines bactéries sur Ankara ? Parce qu'on peut douter que ces combinaisons proposées gracieusement aux Turcs seraient distribuées tout aussi gracieusement et équitablement aux Kurdes du sud-est, par exemple, Cizre, Silopi, enfin ceux de la frontière irakienne.

C'est peut-être pour équiper l'armée qui voudrait bien envahir Kirkouk ? On a un gouvernement très obligeant, décidément.


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.
Un des arguments principaux des anti-guerre est "Pourquoi l'Irak alors qu'il y a d'autres dictatures ?"

Mais on peut leur retourner la question : pourquoi une telle mobilisation, indignation, sensibilisation, "la guerre c'est moche" pour quelques bombardements qui n'ont fait jusque-là que quelques dizaines de victimes, alors que les Tchétchènes se font hâcher menu dans l'indifférence générale ?
Image
Il paraît que les Turcs sont vexés... Non seulement les Américains leur ont signifié leur opposition à toute incursion dans le Kurdistan Irakien (s'ils pouvaient être inébranlables là-dessus aussi, je veux bien siffloter God Bless America au moins cinq minutes) mais en plus de ça Colin Powell leur a lancé peu gracieusement qu'il était inutile de barguigner encore leur appui, et "qu'ils n'obtiendraient pas un penny de plus". Alors, là, les traiter de marchands de tapis, c'est mesquin !
Et maintenant que le parlement turc a voté l'agrément nécessaire à ses troupes pour qu'elles pénètrent indûment au Kurdistan d'Irak, c'est bien là que la vraie légitimité de la guerre se joue.
Amnesty International appelle "les pays voisins, ainsi que les autorités kurdes, à ne pas fermer leurs frontières, afin d'accueillir les réfugiés et les personnes déplacées", dixit la présidente, Irène Khan. Il faudrait peut-être rappeler à Amnesty International que les Kurdes, sur place, se démènent en quatre pour prévoir l'accueil des réfugiés, bien qu'ils n'aient aucun moyen hormis leurs propres vivres et leur bonne volonté, qu'il y a fort à parier qu'ils se montreront d'une exceptionnelle gentillesse même envers les soldats irakiens quand ceux-ci pourront déserter, que d'ailleurs les prisonniers irakiens relâchés par l'Iran ont préféré s'abriter chez les Kurdes d'Irak et qu'enfin les Kurdes d'Irak n'ont de leçon d'humanité à ne recevoir de personne ? Par contre si on pouvait leur envoyer une aide matérielle pour justement s'occuper des réfugiés, ce serait plus utile...


'Stupidity, however, is not necessa…
Image
Allez, changeons-nous les idées, c'est Newroz demain :

Le Newroz, qui est à la fois le Nouvel An et le premier jour du printemps est une des plus vieilles fêtes de l’humanité ; 3000 ans avant JC on le fêtait à Sumer, en Basse –Mésopotamie. Aujourd’hui encore, il est fêté le 21 mars par tous les peuples de culture iranienne, mais il a une importance toute spéciale chez les Kurdes. Car cette fête en raison de la légende qui s’y rattache est le symbole de leur libération et de leur lutte contre l’oppression.

En voici le canevas, la version minimale, car il y a de nombreuses variantes : un roi était affligé de deux serpents qui lui avaient poussé aux épaules. Pour nourrir ces serpents, il fallait leur donner chaque matin de la cervelle humaine. Deux jeunes gens étaient sacrifiés à cet effet. Mais les trois médecins chargés de cette préparation trichèrent en ne sacrifiant qu'un garçon sur deux et en mêlant la cervelle du malheureux à celle d'un mouton. Le rescapé s'enfuyait…
La voix de Saddam, exhortant à la résistance, cette nuit. Qu'il s'agisse d'une doublure ou non, cette voix est frappante par son inconsistance, sa faiblesse. Une voix nasillarde et sans timbre. Aussi ridicule que celle du Dictateur de Chaplin. Une voix déjà défaite. Il faut croire que les tyrans ne sont jamais de grands hommes dans l'intimité.
La quadrature du cercle

Le problème de la Turquie c'est qu'elle refuse absolument la reconnaissance d'une entité politique quelconque dans le monde qui aurait le mot "kurde" dans son intitulé. Le problème c'est qu'un état irakien démocratique ne peut faire l'impasse sur un système fédérateur étant donné que la reconnaissance au moins régionale des Kurdes est inscrite dans la constitution irakienne. Le problème est que l'Irak tel qu'il a été tracé au cordeau par les Anglais, avec sa population chiite, assyro-chaldéenne, arabe sunnite et kurde sunnite ne peut qu'être un état fédéraliste ou une dictature. Il est clair que la Turquie n'a aucun intérêt à ce qu'un Irak démocratique soit viable, dès lors que cela implique forcément l'émergence légale des Kurdes au Moyen-Orient.

Le problème est que toute la justification de la guerre menée par les US repose sur la chute de la dictature et de la démocratisation de l'Irak.

Et ça ne fait…
Image
ITINERAIRE KURDES...D'UN MONDE A L'AUTRE



Une exposition de photographies d'Olivier Touron en collaboration avec La Pluie d'Oiseaux sur la migration des Kurdes d'Irak vers l'Europe et la vie quotidienne au Kurdistan d'Irak.

Du 20 mars au 30 avril,Vernissage le 20 mars à 18h30 (Nouvel an Kurde,Newroz)

Espace Culture, Université des Sciences et Technologies de Lille (Lille 1)-Cité Scientifique 59655 Villeneuve d'Ascq.
Renseignements auprès d'Hélène au 03 20 24 42 53 ou lpo@lapluiedoiseaux.asso.fr

Les Kemalistes peuvent se reposer, les Apoïstes veillent...

Toujurs aussi démocratique et épris de culture, le PKK-KADEK s'est attaqué à Sivan Perwer, le chanteur kurde le plus fameux et le plus populaire. Mais de cela, le KADEK n'a cure. Si SIvan Perwer ne marche pas au pas du totalitarisme apoiste, c'est un traitre que l'on doit faire taire à tous prix. Ce qui est bien avec eux, c'est que les agents turcs n'ont pas beaucoup de boulot en Europe, les gros bras du KADEK leur mâchent tout le travail.
Bref, le 15 mars, à Berlin, Sivan a été agressé par 40 demeurés qui braillaient "bijî Serok APo" (on a envie de leur dire "changez de disque, pour voir"), lors d'une fête de Newroz. Ce qui est bien aussi c'est que le Newroz en Turquie est réprimé par les Turcs mais ici en Europe il l'est par le KADEK, pratique le partage des tâches.

Le tout s'est soldé par 3 ou 4 blessés et le tembûr du chanteur cassé. C'est beau le combat pour la culture kurde...


'Stupidity, however, is not necessar…
Tragique

En Irak, l'exode a commencé. Enfin il tente. Les boucliers humains qui avaient gagné Bagdad en bus ou en avion tentent de se débiner maintenant que la guerre arrive. Pourtant Saddam avait été très obligeant avec eux. Au lieu de les laisser s'ennuyer dans les salons et bars d'hôtel il s'offrait à les transporter gratuitement sur les lieux stratégiques. "Non mais ça va pas l'autre ? C'est pas parce qu'on a dit qu'on le faisait qu'on allait le faire ! Tyran, va !"


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.
Image
La pluie d'oiseau, courrier de mars, est en ligne.

Ce matin, aux infos de huit heures, sur France-Culture, la radio annonce "notre envoyé spécial d'Erbil, au Turkidistan". Voilà, ils ont tout compris.


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.' Albert Rosenfield.

Le dictionnaire khazar.

"Considérez cela comme un grand et un suprême avertissement, mon maître ! Comme la plus profonde des sagesses. Nul contact entre les trois mondes : l'islam, le christianisme et le judaïsme ! Afin que nous n'ayons point affaire aux souterrains de ces mondes ! Car ceux qui se haïssent ne causent aucune difficulté ici-bas. Ils se ressemblent toujours. Les ennemis sont toujours identiques, ou le deviennent avec le temps, sinon ils ne seraient pas ennemis. Ceux qui sont vraiment différents les uns des autres représentent le plus grand danger. Ils s'efforcent de se connaître car les différences ne les dérangent pas. Ce sont les pires. A tous ceux qui nous accordent le droit d'être différents d'eux, et sans que cela trouble leur sommeil, nous réglerons leur compte en unissant nos forces avec celles de nos ennemis, et nous les détruirons des trois côtés à la fois..."


"Pendant qu'on le fouettait, courbé au point que sa barbe touchait la neige, Méthode song…
Radio

Samedi 8 mars sur France Cultures, à 12h00 : Suds. Guerre contre l'Irak : les dilemmes de la Turquie. Par M. Mukamabano.
et du lundi 10 mars au vendredi 14 à 10h30 : Les chemins de la musique : musique et soufisme. Par D. Langer.

Liberté

"Ils savaient qu'il n'est pas si simple de "vivre libre", qu'il ne suffit pas de le désirer, de le chanter. Ils savaient que la liberté est à chaque instant menacée par la mort, et qu'il faut, à chaque instant, pour vaincre la mort, être prêt à la mort. Car il n'y a que la mort qui équilibre la mort, il n'y a que la disponibilité à la mort qui puisse mettre en déroute la mort. Ils savaient que la liberté, cela va se chercher au fond de soi, que cela peut devenir une tension à éclater, par-delà les forces humaines, que c'est une chose qui se veut, qui veut être voulue, que ce n'est pas du tout une chose naturelle, enfin que, comme la non-liberté est dans notre vie la part de Dieu, la liberté est la part de l'homme, sa volonté et sa création."


"La liberté, ce n'est rien d'autre peut-être qu'une certaine ampleur de la respiration, la conscience continue d'un vaste espace autour de nous où peuvent s'épandre no…

Liberté

"Ils savaient qu'il n'est pas si simple de "vivre libre", qu'il ne suffit pas de le désirer, de le chanter. Ils savaient que la liberté est à chaque instant menacée par la mort, et qu'il faut, à chaque instant, pour vaincre la mort, être prêt à la mort. Car il n'y a que la mort qui équilibre la mort, il n'y a que la disponibilité à la mort qui puisse mettre en déroute la mort. Ils savaient que la liberté, cela va se chercher au fond de soi, que cela peut devenir une tension à éclater, par-delà les forces humaines, que c'est une chose qui se veut, qui veut être voulue, que ce n'est pas du tout une chose naturelle, enfin que, comme la non-liberté est dans notre vie la part de Dieu, la liberté est la part de l'homme, sa volonté et sa création."

Jean Guéhenno,Journal des années noires, 1940-1944.
COMMUNIQUE de PRESSE

Toronto, CANADA – Les Kurdes du Canada, craignant que d’autres atrocités soient perpétrées contre leur peuple au Kurdistan d’Iraq feront une marche pour appeler à se débarrasser du tyran d’Iraq Saddam Hussein et demander à la communauté internationale de sauvegarder les droits des Kurdes pour faciliter l’émergence d’institutions démocratiques dans un Iraq fédéral. La marche aura lieu de 13 h à 16h., le samedi 8 mars, partant de l’intersection de Dundas Street et Young street, vers le Consulat américain, University Avenue à Toronto.

Les Kurdes, la plus importante nation sans patrie reconnue, subissent traditionnellement une dénégation à travers les guerres et les génocides. Personne ne hait la guerre autant que le peuple kurde, tout simplement parce qu’ils ont toujours été aux-mêmes victimes de la guerre. Leurs droits à vivre comme des citoyens égaux en Iraq, Iran, Syrie et Turquie, n’ont jamais été reconnus, pas plus que leur droit légitime à proclamer le KURDISTAN…
PRESS RELEASE

Toronto, CANADA - Kurdish Canadians, fearing form further atrocities to be committed against their people in Iraqi Kurdistan, will be marching for help to get rid of Iraq’s Tyrant Saddam Hussein and to call on the International Community to safeguard the rights of the Kurds to enjoy their emerging democratic institutions within a federative Iraq. The march will be from 1:00 p.m. to 4:00 p.m., on Saturday (March 08), starting from the intersection of Dundas Street and Young street, marching to the American Consulate on University Avenue in Toronto.

The Kurds, World’s largest nation without a recognized homeland, have traditionally been subjected to denials through wars and genocides. No one hates wars as much as the Kurdish people do, simply because they have always been victims of wars. Their rights to live as equal citizens in their respective countries of Iraq, Iran, Syria and Turkey, have never been recognized, let along their legitimate rights to claim KURDISTAN as …